Comme Christian Estrosi, Jean-Christophe Lagarde demande à LR d'exclure Boutin et Sens commun

Publié à 10h08, le 27 avril 2017 , Modifié à 10h13, le 27 avril 2017

Comme Christian Estrosi, Jean-Christophe Lagarde demande à LR d'exclure Boutin et Sens commun
© AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

Sens Commun divise toujours un peu plus à droite. Dimanche 23 avril, le mouvement lié à la Manif pour tous avait refusé de choisir tour entre Macron et Le Pen pour le second de l'élection présidentielle. Une décision qui ne passe pas du tout pour une bonne partie de la droite. Après Christian Estrosi mardi, c'est au tour du président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde de demander l'exclusion des Républicains (LR) de Sens Commun. Le patron des centristes demande aussi la tête de Christine Boutin qui a appelé à voter pour Marine Le Pen

"Autant Gérard Larcher, Bernard Accoyer, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon ont clairement dit les choses : évidemment qu'il y a des désaccords avec Emmanuel Macron, mais il n'y a que des divergences avec Marine Le Pen, donc il faut voter Emmanuel Macron", a d'abord rappelé Jean-Christophe Lagarde jeudi 27 avril sur Sud Radio et Public Sénat. Il critique ensuite le mouvement affilié à la Manif pour tous et présidé par Christophe Billan : 

Ce qui me pose problème : à l'intérieur des Républicains, un mouvement, Sens commun, explique qu'il s'en lave les mains, voire laisse entendre que Monsieur Macron est le principal adversaire. Je pense qu'on ne peut pas être républicain et dire ce genre de choses [...] Deuxième exemple : Madame Boutin qui est la présidente d'honneur du Parti Chrétien Démocrate et qui appelle à voter pour Marine Le Pen, ça veut dire qu'elle est exclue des Républicains ? En tout cas je le souhaite. Et Jean-Frédéric Poisson qui est le président de ce parti doit se positionner clairement.

Au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle, Christine Boutin, présidente d'honneur du Parti Chrétien Démocrate, formation associée aux Républicains, a appelé au "vote révolutionnaire" en faveur de Marine Le Pen. Quant patron du PCD Jean-Frédéric Poisson, qui avait participé à la primaire de la droite, il a dit dimanche qu'il n'appellerait pas à voter pour le Emmanuel Macron, qu'il avait "combattu à l'Assemblée pendant des heures"



A LIRE AUSSI SUR LE LAB

Estrosi demande l'exclusion de Sens commun, qui refuse de choisir entre Macron et Le Pen

Sens commun refuse de choisir pour le second tour entre Macron et Le Pen

Du rab sur le Lab

PlusPlus