Comment Arnaud Montebourg a planté Laurence Ferrari et obligé C8 à déprogrammer sa nouvelle émission politique

Publié à 10h21, le 17 septembre 2016 , Modifié à 14h23, le 17 septembre 2016

Comment Arnaud Montebourg a planté Laurence Ferrari et obligé C8 à déprogrammer sa nouvelle émission politique
Arnaud Montebourg. © AFP

Sur ce coup-là, Arnaud Montebourg ne pourra pas disputer à Georges Abitbol le titre d’homme le plus classe du monde. Car le candidat à la présidentielle de 2017 (avec ou sans étape par la primaire du PS) a annulé au tout dernier moment son passage dans la nouvelle émission politique de C8, Punchline, dimanche 18 septembre, nous apprend Le Parisien de ce samedi.

L’ancien ministre du Redressement productif devait être le tout premier invité de Laurence Ferrari pour cette émission lancée pour la séquence présidentielle. Selon la chaîne, l’émission a dû être déprogrammée car Arnaud Montebourg a privilégié France 2 et sa toute nouvelle émission L’émission politique, jeudi prochain, comme deuxième invité après Nicolas Sarkozy. Et le candidat a donné l’exclu à la chaîne du service public.

Au Parisien, Laurence Ferrari explique ce lapin posé par le candidat du "projet France" :

Arnaud Montebourg avait donné son accord pour participer à la première de l'émission depuis juillet, mais France Télévisions, qui l'a invité dans L'émission politique de jeudi prochain, lui a demandé l'exclusivité de sa participation sous peine d'être déprogrammé.

Ce qui a évidemment énervé la journaliste qui "regrette ce manquement à la parole donnée" et "dénonce des méthodes de chantage inacceptables".

Sur Twitter, elle a poursuivi sa diatribe après avoir annoncé avec "regret" la déprogrammation de Punchline :

La présentatrice a reçu le soutien de son ancienne complice de D8, l’ancienne ministre Roselyne Bachelot :

Interrogé samedi par l'AFP, François Kalfon, porte-parole d'Arnaud Montebourg, a tenu à souligner que "les équipes de madame Ferrai avaient été prévenues dès le jeudi 8 septembre, quand France 2 avait donné son accord" pour sa participation à L'émission politique. Il s'est également dit prêt à "repousser" la participation d'Arnaud Montebourg à un autre numéro de l'émission. "Il n'y a pas eu acceptation" de cette décision chez Laurence Ferrari, a-t-il regretté, mettant également l'accent sur le nombre important de sollicitations médiatiques reçues par le candidat à la présidentielle.

A la direction de France Télévisions, on assure qu'"il n'y a pas eu d'interdiction de la part de France 2". "France 2 avait invité Arnaud Montebourg en premier, il n'y a pas de pressions sur l'invité politique, c'est l'invité qui choisit", a-t-on ajouté.

Finalement, ce sera Jean-Luc Mélenchon qui inaugurera l’émission de Laurence Ferrari, le 25 septembre.

Du rab sur le Lab

PlusPlus