Comment Ciotti et Fromantin, soutiens de Fillon, parviennent à se réjouir du "Penelope Gate"

Publié à 09h12, le 07 mars 2017 , Modifié à 09h12, le 07 mars 2017

Comment Ciotti et Fromantin, soutiens de Fillon, parviennent à se réjouir du "Penelope Gate"
François Fillon. © AFP

LES AFFAIRES C’EST TRÈS TRÈS BIEN – François Fillon a, momentanément, repris la main. Après une longue séquence de lâchages de barons de son camp, le candidat de la droite a maintenu sa candidature malgré les pressions et sa convocation chez les juges en vue d’une mise en examen pour les emplois supposés fictifs de sa femme et de ses enfants.

Depuis cette annonce d’une convocation judiciaire alors qu’il avait martelé qu’il ne serait pas candidat s’il était mis en examen, François Fillon était de plus en plus isolé. Jusqu’ici, l’ancien Premier ministre tient bon et voit même certains de ses soutiens se réjouir de cette polémique du "Penelope Gate" qui l’a mis dans la tourmente depuis les premières révélations du Canard Enchaîné. Car, selon Jean-Christophe Fromantin et Eric Ciotti, tous deux présents au rassemblement du Trocadéro, cette affaire démontre la solidité de François Fillon.

Invité de Sud Radio et Public Sénat ce mardi 7 mars, le maire de Neuilly, qui présente ses propres candidats dissidents de la droite aux législatives, s’est félicité que François Fillon ait passé ce "crash test" :

On ne peut pas reprocher à quelqu’un dans une tourmente de faire des erreurs à chaud. (…) L’erreur est humaine. La pression mise sur un candidat dans une tourmente, c’est aussi quelque chose de positif, c’est un crash test, c’est un moment où il a pu montrer une forme de solidité.

Même topo lundi chez Eric Ciotti, sarkozyste devenu filloniste puis redevenu sarkozyste avant de re-redevenir filloniste, sur RTL :

François Fillon a résisté. Je veux dire mon admiration pour sa force de caractère. (…) Quand il y a une énorme tempête, un danger, il y a des mouvements de panique et c’est là qu’on voit les hommes et les femmes solides. Ce qu’a démontré François Fillon dans cette période, c’est qu’il sera un chef de l’Etat solide. Cette crise a une vertu : démontrer le caractère de François Fillon.

Tout va donc bien madame la Marquise, même si François Fillon a vu de nombreux ténors de la droite – Bruno Le Maire, Christian Estrosi – et de sa campagne – son directeur Patrick Stefanini et son porte-parole Thierry Solère – le lâcher et appeler à un plan B (qui ne sera pas Alain Juppé) voir un plan P comme Pécresse.

Obstination, donc, pour certains élus de droite qui ont lâché François Fillon, qualifié parfois de "forcené", solidité pour d’autres, qui lui ont renouvelé leur soutien. A vous de choisir.

Du rab sur le Lab

PlusPlus