Comment Stéphane Le Foll refuse de dire qu'Emmanuel Macron a été "un bon ministre"

Publié à 10h02, le 31 août 2016 , Modifié à 10h08, le 31 août 2016

Comment Stéphane Le Foll refuse de dire qu'Emmanuel Macron a été "un bon ministre"
Stéphane Le Foll, se félicitant discrètement du petit tir qu'il vient de mettre à Emmanuel Macron © Gif Le Lab

PLUTÔT PAS TOP QUE BON - Stéphane Le Foll le répète sur tous les tons depuis des semaines : la gauche doit êter "fière" du bilan du gouvernement, "valoriser" et "défendre" son action. C'est tout le sens de son mouvement pro-Hollande, "Hé Oh la gauche". Mais il semblerait que le passage d'Emmanuel Macron au ministère de l'Économie, démissionnaire et candidat présumé à la présidentielle depuis mardi 30 août, échappe à cette règle.

Sur Europe 1 ce mercredi, le porte-parole du gouvernement s'applique à dire que ce départ n'est "pas un coup dur" pour François Hollande, tout juste "une déception humaine" mais ça, "ça se surmonte". Stéphane Le Foll critique surtout la décision de son désormais ex-collègue, une démission "pour convenance personnelle". "La loyauté, c'est quelque chose d'important et je crois que c'est une valeur extrêmement moderne, contrairement à ce qui est dit souvent et en particulier par un certain nombre qui pensent faire de la politique autrement et qui oublient cette dimension et cette valeur. Et deuxièmement, c'est la France qui compte ; le reste, c'est la petite histoire", flingue ainsi cet ami intime du Président.

Ça, c'est donc l'aspect personnel, une analyse acide des ambitions personnelles et élyséennes d'Emmanuel Macron, qui de son propre aveu est "plus utile" à la tête de son mouvement politique qu'au gouvernement. Mais Stéphane Le Foll va certainement contrebalancer le tout en regrettant de voir partir un bon élément de l'équipe gouvernementale, un ministre de talent qui a mené d'importantes réformes pour l'avenir de la France... Ah ben non en fait.

Car vient ensuite cet échange :

"

- Jean-Pierre Elkabbach : C'est un bon ministre de l'Économie ?



- Stéphane Le Foll : Ça a été un ministre de l'Économie, y'a eu une loi qui a été votée. Après, chacun en jugera.

"

"Un ministre" comme un autre donc, qui a certes porté une loi à son nom que l'exécutif voulait tellement faire voter qu'il a eu recours au 49.3 (trois fois), mais bon, ça ne suffit pas à dire qu'il a été "un bon ministre". Ou quand le porte-parole du gouvernement ne défend même plus le bilan de l'un des ministres les plus importants dudit gouvernement, qui a occupé son poste durant deux ans... Original.

Mais cela ne surprendra peut-être pas l'observateur attentif. Parmi les ministres qui ont exprimé leur énervement devant le comportement du turbulent Macron ces derniers mois, Stéphane Le Foll a certainement été le plus prolixe. Parfois un tantinet jaloux de l'intéressé (ici ou ici), il lui a en effet adressé plusieurs avertissements et en avait même fait l'objet de métaphores alambiquées ( et ) dont le sens général était qu'il fallait jouer collectif avant tout. Il a même fini par tenter de désamorcer les polémiques macronesques au moyen de blagounettes que François Hollande n'aurait peut-être pas reniées.

On le sent bien, le ministre de l'Agriculture ne regrettera probablement pas cette période où il fut le collègue de cet individu. Il peut se rassurer en se disant que désormais, c'est un autre hollandais pur jus, l'éternel Michel Sapin, qui récupère le ministère de l'Économie. Nul doute qu'il y sera "bon", lui.

Du rab sur le Lab

PlusPlus