Comment Valérie Pécresse se différencie de ses adversaires PS en Île-de-France : "Être rond, c'est bien. Être carré, c'est mieux"

Publié à 20h17, le 16 avril 2015 , Modifié à 20h17, le 16 avril 2015

Comment Valérie Pécresse se différencie de ses adversaires PS en Île-de-France : "Être rond, c'est bien. Être carré, c'est mieux"
Valérie Pécresse © Captures d'écran BFMTV

GÉOMÉTRIE – Traditionnellement, les Jeux olympiques  sont symbolisés par cinq anneaux de couleur censés représenter les cinq continents. Mais aux ronds, Valérie Pécresse préfère les carrés.

Invitée de BFMTV ce jeudi 16 avril, celle qui mènera la liste UMP en Île-de-France lors des prochaines élections régionales évoque la candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2024. Et sur la possible difficulté pour elle, si elle est élue présidente de région, de travailler de concert avec les socialistes pour remporter l'organisation des J.O.

Un problème ? Pas de problème pour Valérie Pécresse qui rappelle que, elle ministre, elle a bien dû "travailler avec des présidents d'université qui étaient bien loin de partager mes opinions".

Et la députée des Yvelines d'en déduire un aspect de sa personnalité. Elle dit :

"

Moi je suis carrée. Quand je prends un engagement, je le tiens. Quand je dis oui, c'est oui. Et quand je dis oui, je fais.

 

"

Ce qui, de son point de vue, n'est pas du tout le cas de ses adversaires socialistes pour la présidence de la région Île-de-France, qu'ils s'appellent Jean-Paul Huchon ou Marie-Pierre de la Gontrie. Elle explique :

"

C'est un peu la différence entre la présidence de la région Île-de-France qui dit oui à tout le monde et qui ne fait jamais rien. Je pense qu'être rond, c'est bien. Être carré, c'est mieux.

 

"

Ce qui est clair. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus