Congrès : Gilbert Collard demande à Édouard Philippe de renoncer à son discours de politique générale puisque rien ne l’y oblige dans la Constitution

Publié à 12h37, le 30 juin 2017 , Modifié à 12h59, le 30 juin 2017

Congrès : Gilbert Collard demande à Édouard Philippe de renoncer à son discours de politique générale puisque rien ne l’y oblige dans la Constitution
© AFP

Gilbert Collard n’est pas content. Le député RBM du Gard ne décolère pas depuis qu’Emmanuel Macron a annoncé la tenue du congrès le 3 juillet prochain, 24 heures avant le discours de politique générale de son Premier ministre Édouard Philippe. L’avocat a d’abord réagi dans la foulée, mercredi 28 juin, de sa manière préférée : un mot d’esprit sur Twitter. "Macron à Versailles, Philippe en perruque de laquais", a-t-il commenté.

Jeudi, ne s’en remettant toujours pas, Gilbert Collard via son canal préféré : le communiqué de presse (à défaut de pouvoir déposer un amendement) trollesque. Les communiqués de presse, d’ailleurs, puisqu’il en rédige non pas un mais deux. Dans le premier, titré "Macron fait joujou à Versailles", il demande au Premier ministre de renoncer à sa déclaration de politique générale en rappelant la loi :

"

Gilbert Collard [il parle de lui à la troisième personne, NDLR] rappelle à monsieur le Premier ministre que le vote d’investiture d’un nouveau gouvernement a disparu depuis 1958. Il n’est donc pas obligatoire que le Premier ministre fasse une déclaration de politique générale suivie d’un vote le mardi 4 juillet 2017 après midi ; puisque le Chef de l’État aura déjà informé, dès la veille, la représentation nationale du programme de l’exécutif.

"

En lieu et place du discours de politique générale, l’élu du Gard souhaite que l’Assemblée entame "dès mardi [4 juillet] 15 heures l’examen d’un ordre du jour extrêmement chargé".

Dans un second communiqué, Gilbert Collard interroge Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, "sur les coûts induits par une réunion du Congrès à Versailles". Il argue :

"

En effet, en cette période de nécessaire rigueur budgétaire, il n’est pas de bonne gestion de dilapider des deniers publics pour réunir le Parlement, dans le seul but d’écouter un discours qui fera partiellement au moins, double emploi avec la déclaration gouvernementale devant les Chambres.

"

Gilbert Collard se rendra toutefois au Congrès lundi prochain, comme il l’indique au Lab.

Du rab sur le Lab

PlusPlus