Cosse, Pompili et de Rugy lancent "le parti écologiste" et veulent présenter un candidat à la primaire PS

Publié à 11h30, le 02 juillet 2016 , Modifié à 11h41, le 02 juillet 2016

Cosse, Pompili et de Rugy lancent "le parti écologiste" et veulent présenter un candidat à la primaire PS
Le trio "CPR" entre dans la danse de la primaire à gauche © Montage Le Lab via AFP

CPR À LA PRIMAIRE - La famille écologiste, ô combien divisée, n'en finit plus de créer des partis. Après leur départ d'EELV, François de Rugy et Jean-Vincent Placé avaient lancé "l'Union des démocrates et écologistes" (UDE), présidée par Placé et dans lequel était imbriqué "Écologistes !", à la tête duquel se trouvait de Rugy. À la suite de quoi Barbara Pompili avait elle aussi lancé son mouvement, "Nouvèle Ere". C'était donc déjà un peu compliqué de s'y retrouver. Eh bien, ça continue.

Comme l'a révélé L'Obs vendredi 1er juillet, une nouvelle formation écolo est sur le point de voir le jour, sous l'impulsion de trois des quatre principaux ex-cadres d'EELV. Selon l'hebdomadaire, les deux ministres Emmanuelle Cosse et Barbara Pompili ainsi que le député François de Rugy veulent "réunir leurs forces en vue de 2017 dans un pôle 'écolo' et 'de gauche', avec une nouvelle dénomination : le parti écologiste (LPE)." Le secrétaire d'État Jean-Vincent Placé, lui, reste un peu à l'écart avec son UDE et son positionnement "centriste" désormais assumé.

Mais le trio, que nous décidons aujourd'hui en avant-première de baptiser "CPR" (Cosse-Pompili-Rugy), ne compte pas s'arrêter là. Ils entendent en effet présenter un candidat à la primaire de la "gauche de gouvernement" annoncée par le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis. Samedi 18 juin, François de Rugy (qui a rejoint les socialistes à l'Assemblée dans le nouveau groupe socialiste, écologiste, républicain) avait annoncé qu'il souhaitait "y représenter les écologistes réformistes".

"Cette campagne, il faut la jouer pour de vrai", fait valoir Emmanuelle Cosse à L'Obs, disant vouloir "contribuer à la victoire de la gauche" et estimant que "c’est plus ouvert que ce qu’on dit". Alors bien sûr, ils soutiendraient ensuite François Hollande si celui-ci se présentait comme prévu et l'emportait. Jean-Vincent Placé, lui, compte se rallier au chef de l'État dès le départ.

Se voulant un "pôle écolo réaliste", les CPR revendiquent "un petit millier d’adhérents" dont (outre les noms pré-cités) trois députés et une sénatrice.

Pendant ce temps, EELV et notamment Cécile Duflot œuvrent aux aussi à une candidature en vue de 2017. Mais à la présidentielle directement.

Du rab sur le Lab

PlusPlus