Couac : Bruno Le Maire contredit Jacqueline Gourault sur le remplacement de la taxe d'habitation par un nouvel impôt

Publié à 09h53, le 12 janvier 2018 , Modifié à 10h34, le 12 janvier 2018

Couac : Bruno Le Maire contredit Jacqueline Gourault sur le remplacement de la taxe d'habitation par un nouvel impôt
Bruno Le Maire et Jacqueline Gourault. © ALAIN JOCARD / AFP

Comment ça c'est qui Jacqueline Gourault ? Mais enfin, c'est la numéro 2 du numéro 2, le joker de Gérard Collomb ! En langage officiel, ça donne : "ministre auprès du ministre d'État, ministre de l'Intérieur".

Bref.

Jeudi 11 janvier, lors de l'émission Questions d'info LCP / Le Monde / AFP, Jacqueline Gourault laissait entendre que la suppression de la taxe d'habitation pourrait être remplacée par la création d'un nouvel impôt :

Il faut parler de réforme fiscale et d'impôt plus juste [...] Est-ce qu'on passe d'un système où vous demandez une part d'un impôt national ou est-ce qu'on conserve des impôts locaux qui sont prélevés sur une assiette qui est définie et avec des taux qui sont fixés ? Moi je pense, que, pour le bloc communal, c'est une opinion strictement personnelle, il est important de laisser un impôt en lien avec le territoire, c'est-à-dire les citoyens [...] Je n'ai pas de date à vous donner mais ça doit s'emboîter. On commence les discussions dès maintenant.

Le soir même, la ministre faisait déjà marche-arrière, tweetant :

La taxe d'habitation est définitivement abolie et ne sera pas remplacée par un autre impôt. La fiscalité locale sera entièrement repensée.

Et ce vendredi 12 janvier, Bruno Le Maire en remet une couche. Invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC / BFMTV, le ministre de l'Economie martèle : "Pas de nouvel impôt". Il développe :

La taxe d'habitation, c'est en moyenne 600 euros par personne. Elle sera supprimée totalement, ce sera fait, le plus tôt sera le mieux. On ne supprime pas un impôt pour en rétablir un autre : c'est le principe fondamental. Je le redis avec beaucoup de gravité : il n'y aura pas de nouvel impôt. Il n'y aura pas de nouvel impôt en France dans le quinquennat.

Arnaud Leroy, membre du bureau exécutif de LREM, va jusqu'à qualifier de "fake news" les déclarations de la ministre bis de l'Intérieur.

Cependant, le 24 novembre dernier, en séance au Sénat, le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, avait bien évoqué un "nouvel impôt local" alors qu'il était interrogé sur la suppression de la taxe d'habitation :

 

La question qui se pose est celle de savoir ce que l’on fera au bout de trois ans s’agissant de la redevance, qui est attachée à la taxe d’habitation. Peut-être pourrions-nous tous travailler collectivement à cette autre réforme ? Lorsque nous aurons trouvé, l’année prochaine je l’espère, la forme concrète que prendra le nouvel impôt local et que nous l’aurons voté, en 2019, je l’espère aussi, nous aurons réglé les problèmes que vous soulevez.

Jusqu'à présent, le gouvernement d'Edouard Philippe avait connu assez peu de couacs. Le principal avait opposé le ministre de l'Écologie Nicolas Hulot et le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert au sujet de l’interdiction des pesticides tueurs d'abeilles, en juin 2017. Duel remporté à l'époque par Monsieur Ushuaïa.

LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR
"Il n'y aura pas de nouvel impôt dans le quinquennat", s'engage Bruno Le Maire

Du rab sur le Lab

PlusPlus