Critiqué pour sa politique d’immigration, Gérard Collomb en a "un peu marre de passer pour le facho de service"

Publié à 09h53, le 27 décembre 2017 , Modifié à 09h53, le 27 décembre 2017

Critiqué pour sa politique d’immigration, Gérard Collomb en a "un peu marre de passer pour le facho de service"
Gérard Collomb. © Bertrand GUAY / AFP

Des associations, mais aussi d’anciens ministres sont vent debout contre la politique d’immigration du gouvernement et notamment le recensement prévu des migrants. Mais toutes ces critiques sont infondées, estime la principale cible de ces attaques, Gérard Collomb. Selon Le Canard Enchaîné, mercredi 27 décembre, le ministre de l’Intérieur s’est plaint de son sort :

 

J’en ai un peu marre de passer pour le facho de service.

 

Et le premier flic de France de s’agacer de ce que ses collègues le laissent "seul aux avant-postes" : "lorsque je me retourne, j’ai l’impression qu’il n’y a personne derrière moi". Gérard Collomb poursuit :

 

Du côté du gouvernement, on ne se bouscule pas pour me soutenir. J’ai plutôt l’impression qu’Edouard Philippe compte les points, reçoit les associations mais ne se mouille pas.

 

Une circulaire publiée le 12 décembre prévoit la mise en place dans les centres d'hébergement d'urgence d'un recensement des étrangers par des "équipes mobiles" de fonctionnaires de l'Etat.

Présentée par l'Intérieur comme le moyen de connaître les publics hébergés et de les orienter en fonction de leur situation (réfugiés, déboutés...), ce recensement a été vivement dénoncé par les associations qui y voient un "tri", au mépris de leur mission d'accueil inconditionnel.

Face à la polémique, Edouard Philippe a annoncé la mise en place, en janvier, d’un "groupe de suivi" de la circulaire controversée.

 





 

À LIRE SUR LE LAB :

Pour Gérard Collomb, l'asile et l'immigration préoccupent plus les Français que le chômage

Comment Gérard Collomb minimise les tentes de migrants lacérées à Paris

Du rab sur le Lab

PlusPlus