Pour ses vœux, Emmanuel Macron fait du John F. Kennedy et du Michel Rocard

Publié à 20h41, le 31 décembre 2017 , Modifié à 16h03, le 01 janvier 2018

Pour ses vœux, Emmanuel Macron fait du John F. Kennedy et du Michel Rocard
Michel Rocard, Emmanuel Macron et John F. Kennedy. © AFP

C'était ses premiers vœux de fin d'année, alors, forcément, Emmanuel Macron était attendu au tournant. Lui, l'as de la com', que va-t-il nous inventer ? Eh bien… rien. Ce furent des vœux classiques, du bureau du Président. A moins que... ah mais oui, finalement, via Twitter, le Président a ajouté à son intervention télévisée une vidéo de deux minutes, ses "vœux 2018 à la jeunesse". La voilà la touche Macron. Un condensé de ses 17 minutes de télé.

Et lors de cette allocution tournée vers 2018, Emmanuel Macron est allé chercher deux figures politiques de l'Ancien monde : Michel Rocard et John F. Kennedy.

Emmanuel Macron s'est inspiré de John F. Kennedy. Après avoir lancé des "j'ai besoin de vous" à plusieurs reprises, que ce soit au sujet de la politique sociale (Emmanuel Macron a carrément parlé de "grand plan social") ou bien pour les prochaines élections européennes, le Président déclare :

Demandez-vous chaque matin ce que vous pouvez faire pour votre pays.

Du presque JFK dans le texte, l'ancien président américain a laissé dans l'Histoire cette phrase célèbre : "Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais bien ce que vous pouvez faire pour votre pays."

Auparavant, Emmanuel Macron avait, encore, repris l'expression de Michel Rocard, en déclarant à propos des migrants : "Nous ne pouvons accueillir tout le monde". Une reprise que l'actuel chef de l'Etat avait déjà faite fin novembre, lors d'une discussion avec un groupe de personnes à l'occasion de la visite d'un centre des Restos du cœur.

D'aucuns ont cru déceler dans ces vœux les accents d'un revirement d'Emmanuel Macron vers sa gauche. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'a pas cité Jacques Chaban-Delmas ni Richard Nixon.

[Edit 01/01/2018] Ajout vidéo Twitter d'Emmanuel Macron 

Du rab sur le Lab

PlusPlus