David Pujadas justifie les conditions posées par Marine Le Pen pour participer à "Des Paroles et des Actes"

Publié à 15h12, le 15 octobre 2015 , Modifié à 15h36, le 15 octobre 2015

David Pujadas justifie les conditions posées par Marine Le Pen pour participer à "Des Paroles et des Actes"
David Pujadas et Marine Le Pen © BERTRAND GUAY / AFP

Ça devient une manie : à chaque fois que Marine Le Pen est invitée sur le plateau de Des Paroles et des Actes, certains accusent la rédaction de France 2 d'être complaisante avec la présidente du Front national. Et d'accéder à chacune des directives de la cheffe frontiste. Ce fut le cas lors du dernier passage de Marine Le Pen, en avril 2014. Cela l'est à nouveau en ce mois d'octobre 2015, quelques jours avant le prochain numéro de DPDA, le 22 octobre.

En cause cette fois-ci, un article de L'Obs en date du 7 octobre. On y apprend que Marine Le Pen a posé plusieurs conditions à sa venue à Des Paroles et des Actes,notamment concernant le choix de la personne amenée à débattre avec elle. La président du FN a ainsi refusé d'affronter Daniel Cohn-Bendit, Jean-Christophe Cambadélis ou encore Xavier Bertrand…

Dans L'Obs du 14 octobre, David Pujadas tient à préciser certaines choses. Le journaliste de France 2 explique que, évidemment, Marine Le Pen a eu son mot à dire concernant le choix de son débatteur. Mais cela n'est pas propre à la présidente frontiste. Il écrit :

"

Pour débattre, il faut être deux. Si Manuel Valls, Alain Juppé, Jean-Luc Mélenchon ou qui que ce soit d'autre ne souhaite pas débattre avec un représentant du Front national, c'est son droit le plus strict. L'inverse est donc aussi vrai.

 

"

En résumé, il est normal que Marine Le Pen valide – ou non – le choix de la personne amenée à l'affronter en direct.

Les arguments développés par David Pujadas ne sont pas nouveaux. En avril 2014, le journaliste avait plus ou moins déclaré la même chose sur le plateau de DPDA. À l'époque, le journaliste de Libération Jean Quatremer avait jugé sur son blog que "le service public n’a manifestement rien à refuser à la présidente du FN". Pourquoi ? Parce que Marine Le Pen avait refusé de débattre avec Martin Schulz et que France 2 avait accédé à sa requête. Et voici ce qu'avait déclaré David Pujadas en début de l'émission :

"

Personne ne dicte sa loi à quiconque ici et comme partout ailleurs, quand on organise un débat politique, un face-à-face, eh bien c’est entre deux personnes consentantes. On ne peut pas forcer quelqu’un à dialoguer et cela quel que soit l’invité. C’est dit.

 

"

Quant au fait que Marine Le Pen serait très souvent invitée à DPDA, David Pujadas explique que le FN "n'a qu'un seul leader à l'envergure nationale suffisante pour le représenter dans une telle émission". Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen ont déjà participé à l'émission, mais pas en tant qu'invité principal.

Et le journaliste de préciser que la cheffe frontiste n'a été présente que quatre fois en tant qu'invitée principale en 35 émissions. "Les temps de parole sont strictement encadrés par le CSA. Ces trois dernières années, celui du FN est de 12% du total, soit le bas de la fourchette des obligations", ajoute-t-il. 

 

 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

Marine Le Pen à DPDA : Xavier Bertrand écrit à France Télé, dénonçant un déséquilibre vis-à-vis des autres candidats en Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Marine Le Pen à DPDA : David Pujadas règle ses comptes avec un journaliste de Libération en ouverture d'émission

Du rab sur le Lab

PlusPlus