Déchéance de la nationalité : Cécile Duflot "malheureuse" pour Christiane Taubira dont "les engagements" ont été "piétinés"

Publié à 08h51, le 24 décembre 2015 , Modifié à 09h10, le 24 décembre 2015

Déchéance de la nationalité : Cécile Duflot "malheureuse" pour Christiane Taubira dont "les engagements" ont été "piétinés"
© PATRICK KOVARIK / AFP

#SOUTINE - Jusqu’au dernier moment, Christiane Taubira a tout fait pour convaincre François Hollande et Manuel Valls de ne pas conserver l’extension de la déchéance de la nationalité dans la réforme constitutionnelle. Sans succès. Et même pire, puisqu’elle pensait avoir eu gain de cause, soutenue par Bernard Cazeneuve, et l’avait annoncé publiquement à une radio algérienne.

Mais à son retour en France, la garde des Sceaux a appris la nouvelle et le coup de théâtre de François Hollande. Désavouée, la ministre, avec Manuel Valls, a alors dû faire un délicat exercice de contrition pour expliquer pour elle ne serait pas démise de ses fonctions.

Proche de la ministre de la Justice, Cécile Duflot est sur la même longueur d’onde que Christiane Taubira, très opposée à la réforme constitutionnelle proposée par le chef de l’Etat. "Voter contre s’impose", explique la coprésidente du groupe écolo à l’Assemblée nationale à Libération ce jeudi 24 décembre avant de "supplier", sur France Inter, les parlementaires à refuser cette révision du texte fondamental.

Interrogée sur les couleuvres avalées par Christiane Taubira, Cécile Duflot s’est dit "malheureuse" pour son ancienne camarade au gouvernement dont "une partie des engagements" ont été "piétinés" par François Hollande et Manuel Valls, selon elle. Et l’ancienne ministre du Logement de développer :

"

Il y a deux questions. Il y a celle de savoir s’il faut céder aux injonctions de la droite (démission Taubira). Ce n’est pas nouveau avec Christiane Taubira. Il ne faut pas le faire. En revanche, on connait ses convictions et je suis malheureuse que le président de la République et le Premier ministre aient imposé ce qu’ils ont imposé à leur garde des Sceaux. De piétiner une partie de ses engagements. Elle sait qu’elle pourra compter sur notre amitié et notre soutien. Parfois quand on est engagé en politique, on vit des moments difficiles. Je pense que c’est le cas pour ce qui la concerne.

"

Interrogé ce jeudi sur BFM TV sur la défense de Christiane Taubira par Cécile Duflot, Jean-Marie Le Guen, seul ministre à faire le SAV de la réforme constitutionnelle, a estimé que "c'était l'expression d'un mépris pour Christiane Taubira". Il ajoute :

 

"

Elle n’a pas besoin de Cécile Duflot pour exister. Elle a une personnalité puissante et elle ne se laisse pas piétiner. Et croire que Christiane Taubira se laisse piétiner, c’est bien mal la connaitre.

"

Depuis Alger, Christiane Taubira avait fait part de ses fortes réticences sur cette mesure portée surtout par la droite et l’extrême droite. "Très très sincèrement, très sérieusement, je pense que cette déchéance de nationalité sur des personnes de nationalité française, donc qui appartiennent depuis leur naissance à la communauté nationale, ça pose un problème de fond sur un principe fondamental qui est le droit du sol, auquel je suis profondément attachée", avait alors expliqué la ministre de la Justice. Avant la surprise du chef de François Hollande.

Du rab sur le Lab

PlusPlus