Déchéance de nationalité : Daniel Cohn-Bendit explique à Manuel Valls qu'il dit n'importe quoi sur la situation en Allemagne

Publié à 07h31, le 29 décembre 2015 , Modifié à 07h39, le 29 décembre 2015

Déchéance de nationalité : Daniel Cohn-Bendit explique à Manuel Valls qu'il dit n'importe quoi sur la situation en Allemagne
Daniel Cohn-Bendit © PASCAL GUYOT / AFP

NUN, DAS IST FALSCH – Un tout petit peu excédé de s'en prendre plein la tête depuis que son gouvernement a décidé de défendre la déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux, Manuel Valls s'est exprimé, lundi 28 décembre, sur Facebook.

Le Premier ministre avait décidé de répondre à cette gauche qui "s’égare au nom de grandes valeurs" et qui estime que la déchéance de nationalité est "une idée d’extrême droite". Et il avait eu cette phrase :

"

C'est strictement faux : ce principe existe dans de nombreux pays démocratiques proches de la France : en Grande-Bretagne, au Canada, en Suisse, aux Pays-Bas et d’autres encore, sans doute. Le même débat existe en Belgique. En Allemagne, la question ne se pose pas puisque la binationalité n’y est pas autorisée.

 

"

Ce qui est faux.

Et s'il en est un qui est bien placé pour le savoir, c'est Daniel Cohn-Bendit. Forcément, l'ancien eurodéputé a la double nationalité. Le chroniqueur d'Europe 1 a donc un passeport français ET un passeport allemand. "Et c'est Bernard Cazeneuve lui-même qui m'a appelé pour me l'annoncer !", commente-t-il auprès de Libération lundi.

Il ajoute :

"

Il faut de toute urgence que Manuel Valls retourne à l'école.

 

"

À l'école ou même au gouvernement. Le secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur Matthias Fekl, qui jouit lui aussi de la double nationalité franco-allemande, aurait pu le lui expliquer tranquillement.

En juillet 2014, le Bundestag a voté une loi permettant aux enfants nés en Allemagne de parents qui ne sont pas citoyens de l'Union européenne ni de Suisse d'obtenir cette double nationalité.

Jusqu'alors, la double nationalité allemande - d'un pays de l'UE ou suisse était permise. Et à 23 ans, les enfants d'immigrés devaient choisir l'une des deux. Ces enfants peuvent désormais détenir deux passeports : un allemand et un autre s'ils ont vécu huit ans en Allemagne ou s'ils y ont étudié au moins six ans, et ce avant leur 21ème anniversaire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus