Déchéance de nationalité : Valls et Taubira expliquent pourquoi la ministre de la Justice va rester au gouvernement

Publié à 12h34, le 23 décembre 2015 , Modifié à 13h25, le 10 janvier 2016

Déchéance de nationalité : Valls et Taubira expliquent pourquoi la ministre de la Justice va rester au gouvernement
© Montage Le Lab via captures d'écran BFMTV

Désavouée, Christiane Taubira ? Meuh non, voyons. La ministre de la Justice a annoncé que la déchéance de nationalité ne serait pas comprise dans le projet de révision de la Constitution avant que, moins de 24 heures plus tard, François Hollande décide l'inverse et que Manuel Valls l'annonce publiquement ? Et alors ? 

Mercredi 23 décembre, lors de la présentation à la presse du projet de réforme constitutionnelle, à la sortie du conseil des ministres lors duquel elle a été présentée, la garde des Sceaux et le Premier ministre ont tous deux tenus à évacuer le sujet de la démision de Christiane Taubira. Interrogée en premier, cette dernière a d'abord ironisé sur les journalistes qui "feraient" le gouvernement. Avant de reprendre, plus sérieusement :

La situation est grave. La seule fois où je me suis exprimée sur la déchéance de nationalité, je n'ai pas hésité à dire que ceux qui retournent leurs armes contre leurs compatriotes s'excluent eux-mêmes de la communauté nationale. Il demeure que ce sujet concerne le droit su sol.



Ce qui est important, ce n'est pas ma présence ou non au gouvernement, c'est la capacité du président de la République et du gouvernement de faire face aux dangers auxquels nous sommes confrontés et d'apporter les réponses [éncessaires].

Et d'asséner, pour clore le sujet : 

 

La parole première est celle du président de la République. Elle a été prononcée au Congrès de Versailles. La parole dernière est celle du président de la République. Elle a été prononcée ce matin au conseil des ministres. Et c'est le point final.

Circulez, y'a personne à démissionner. 

En suivant, Manuel Valls a appuyé : 

 

Chacun a droit à ses doutes, ses interrogations, à ses analyses. La liberté d'expression est le fondement de la démocratie [...] Aujourd'hui, une décision a été prise, c'est celle du président de la République.

Et le chef du gouvernement d'assurer que lui-même et Christiane Taubira allaient "défendre ensemble" ce texte de réforme constitutionnelle "devant le Parlement". Ce qui implique qu'elle reste au gouvernement (une déduction sponsorisée par Captain obvious).

Malgré son opposition notoire à cette mesure dont Manuel Valls lui-même concède que le seul intérêt est "symbolique", Christiane Taubira devrait donc rester à sa place. Avec une nouvelle couleuvre à avaler. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus