Des conseillers avaient suggéré à Marine Le Pen de balancer en plein débat la fake news sur le compte offshore d'Emmanuel Macron aux Bahamas

Publié à 06h50, le 15 janvier 2018 , Modifié à 16h51, le 15 janvier 2018

Des conseillers avaient suggéré à Marine Le Pen de balancer en plein débat la fake news sur le compte offshore d'Emmanuel Macron aux Bahamas
Marine Le Pen © STRINGER / AFP

Marine Le Pen a raté son débat de l'entre-deux tours de la présidentielle face à Emmanuel Macron. Il ne s'agit pas d'une opinion mais d'un constat dressé par la présidente du FN elle-même. Et pourtant, la candidate avait été préparée à cet affrontement.

BuzzFeed et Mediapart publient dimanche 14 janvier une note écrite par Damien Philippot, ancien cadre de l'Ifop qui avait quitté l'institut de sondages pour intégrer l'équipe de campagne de Marine Le Pen. Le frère de Florian Philippot avait conseillé la candidate frontiste de se montrer particulièrement offensive face à Emmanuel Macron. "Nous n'avons rien à perdre. L'objectif est de dégrader l'image de Macron, quitte à perdre en crédibilité", peut-on lire dans cette note.

Selon BuzzFeed, une autre note a été rédigée en amont du débat. Compilée par Damien Philippot, elle contient notamment des éléments rédigés par Philippe Vardon, ancien membre du Bloc identitaire et proche de Marion Maréchal-Le Pen, et Gaëtan Bertrand, responsable de la campagne numérique de la candidate FN.

Dans cette note, on peut lire une consigne pour le moins édifiante : il a été recommandé à Marine Le Pen d'évoquer une fake news sur Emmanuel Macron. L'objectif était simple : présenter l'ancien ministre de François Hollande comme le candidat "de la finance, celui de la soumission aux intérêts des riches et des puissants".

Et voici donc ce qu'on peut lire dans la note  :

Si vous voulez parler des fausses affaires inventées par vos amis des médias, on peut aussi parler de votre patrimoine, ou des soupçons concernant votre compte offshore.

 

Résultat, durant le débat de l'entre-deux tours, Marine Le Pen a évoqué cette fake news. Elle a dit :

J'espère qu'on n'apprendra pas que vous avez un compte offshore aux Bahamas ou je ne sais pas, j'en sais rien moi.

 

Ou comment insinuer que celui qui se présente face à elle pour le poste de président de la République est dans l'illégalité la plus totale. Emmanuel Macron lui avait sèchement répondu en évoquant les déboires judiciaires de la président du FN. 

Pas de quoi intimider cette dernière qui avait poursuivi ses attaques après le débat. Le lendemain, sur BFMTV, elle avait reparlé de cette rumeur, expliquant toutefois ne pas avoir "de preuve" mais que, selon elle, "les réponses apportées par Emmanuel Macron ne sont pas satisfaisantes". "Est-ce qu'on va découvrir des choses, peut-être trop tard, qui concernent Emmanuel Macron ?" avait-elle encore demandé. Au même moment, sur Europe 1, son compagnon Louis Aliot assénait :

Il y a deux sites américains aujourd'hui qui parlent justement d'une évasion fiscale de monsieur Macron, on verra ce que c'est.

 

De son côté, Emmanuel Macron avait nié détenir un compte bancaire dans un paradis fiscal. "C'est typique des fake news. Marine Le Pen lance cela, elle a derrière des troupes sur Internet qui se mettent en place", avait-il accusé sur France inter, visant notamment des "sites pour certains liés à des intérêts russes".

La rumeur sur un supposé compte offshore détenu par Emmanuel Macron était notamment partie du forum 4Chan. D'autres sites avaient embrayé. Emmanuel Macron avait à l'époque décidé de porter plainte contre X pour "faux, usage de faux et propagation de fausse nouvelle destinée à influencer le scrutin" présidentiel.

Du rab sur le Lab

PlusPlus