Dupont-Aignan estime que Wauquiez "reprend" son discours sur "l’Europe des Nations" et s'interroge sur l'absence d'alliance

Publié à 06h56, le 16 novembre 2017 , Modifié à 06h56, le 16 novembre 2017

Dupont-Aignan estime que Wauquiez "reprend" son discours sur "l’Europe des Nations" et s'interroge sur l'absence d'alliance
Nicolas Dupont-Aignan. © AFP

L’Europe est un sujet qui divise profondément la droite LR, entre une ligne plutôt centriste pro-européenne et une ligne plus identitaire, plus eurosceptique représentée notamment par Laurent Wauquiez au sein de LR. Mais c’est surtout à l’extrême droite, de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen que ce discours eurosceptique fait florès.

Alors, au moment où Alain Juppé appelle à un "grand mouvement central" des pro-européens avec Emmanuel Macron en vue des européennes, Laurent Wauquiez donne ce jeudi 16 novembre au Figaro une loooooongue interview sur l’Europe, affirmant être "un européen convaincu" et tentant de gommer son image d’eurosceptique. Une interview dans laquelle le favori pour la présidence de LR prône une "Union des Etats-nations" et que la France "prenne l’initiative d’un nouveau traité de refondation".

Des propos qui ont été du miel aux yeux du souverainiste Nicolas Dupont-Aignan. Ainsi le président de Debout la France, ex-allié de Marine Le Pen et du FN lors de l’entre-deux-tours de la présidentielle contre Emmanuel Macron, estime-t-il que Laurent Wauquiez "reprend" son discours sur "l’Europe des Nations" :

Monsieur Wauquiez dans Le Figaro reprend mon discours sur l’Europe des Nations.

D’où cette question de "NDA", qui se demande pourquoi, s’ils sont sur la même ligne, ils ne font pas front commun, lui qui désire un "programme commun" avec LR de Wauquiez et un "FN rénové" :

Alors pourquoi ne veut-il pas une union face aux eurofédéralistes ?

Régulièrement accusé de lorgner vers la droite de la droite, Laurent Wauquiez et ses partisans jurent chaque jour leurs grands dieux qu’ils ne s’allieront jamais avec le FN. Mais quid de Nicolas Dupont-Aignan, à qui le patron d’Auvergne-Rhône-Alpes a dit que son "choix de second tour était sans retour" ? Les amis de mes ennemis sont-ils mes ennemis ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus