[EDITO] Nadine Morano : un suicide médiatique

Publié à 16h54, le 30 septembre 2015 , Modifié à 16h54, le 30 septembre 2015

[EDITO] Nadine Morano : un suicide médiatique
Nadine Morano © Europe 1
Image Olivier Duhamel

Olivier Duhamel

- Temps 1 : Nadine Morano prend le risque d'aller chez Ruquier

Elle sous-estime les dangers de la participation à cette émission polémique, mais se grise d'y passer.

 

- Temps 2 : Après ses propos sur la France pays de race blanche ses amis lui suggèrent une marche arrière.

Exprimer des regrets, affirmer qu'elle n'est en rien raciste, etc.. Un communiqué, puis silence radio.

 

- Temps 3 : Nadine Morano décide au contraire d'en rajouter.

Elle persiste et signe, s'indigne des critiques venues de son parti, invoque De Gaulle, affirme recevoir des soutiens en masse. Elle court de média en média, d'Europe1 à BFMTV...

 

- Temps 4 : Les Républicains ne peuvent alors que sanctionner.

L'investiture pour les régionales va lui être retirée. Elle annonce une vengeance qui empêchera Nicolas Sarkozy d'être élu Président.

 

Et voilà comment en quatre jours, nous avons assisté à l'auto-destruction d'une personnalité politique par enivrement médiatique. 

 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

> Le Top 7 des excuses bien pourries de Nadine Morano pour démontrer qu'elle n'est pas raciste

> VIDÉO - Nadine Morano : "Nous sommes un pays de race blanche"  

"Race blanche" : Nadine Morano se fait troller par sa propre famille politique  

> Comment le Front national réagit à la sortie de Nadine Morano sur la "race blanche"  

> "Race blanche" : Jean-Christophe Lagarde qualifie Nadine Morano de "porte-parole du Ku Klux Klan"  

> "Race blanche" : Morano s'abrite derrière des propos tronqués de Taubira sur la "race créole"  

> Quand Gilbert Collard explique que "l'Afrique est un pays" de "race noire" 

 

À LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR : 

Nadine Morano : "je maintiens mes propos"

Du rab sur le Lab

PlusPlus