ÉDITO - Nuit debout, un micro mai 68

Publié à 11h41, le 07 avril 2016 , Modifié à 07h14, le 08 avril 2016

ÉDITO - Nuit debout, un micro mai 68
Rassemblement du mouvement #NuitDebout place de la République à Paris. © AFP
Image Olivier Duhamel

Olivier Duhamel

ÉDITO - Rien à voir avec Mai 68, direz-vous. Ni manifestations de masse, ni barricades…

Quand même à voir avec Mai 68, en y regardant de plus près.

> Le besoin d’être ensemble. Ce qui n’existait plus guère en politique lors du printemps d’il y a presqu’un demi-siècle. Ce qui n’existe plus aujourd’hui en politique, hors campagnes électorales – et encore.

> La parole libre. Place de la République règne la nuit une atmosphère de Sorbonne occupée : parle qui veut, les interventions doivent être brèves, 2 minutes maximum – souvent dépassées. On se souvient du célèbre billet : "Sartre sois bref !" lorsque le philosophe monta à la tribune ?

> L’inspiration surréaliste. Nombre des slogans de 68 l’étaient. On la retrouve avec leur absurdité calendaire : Le 36, 37, 38 mars… Et pour communiquer, les affiches jadis, les réseaux sociaux aujourd’hui.

> La mobilisation contre les violences policières. Elle joua un rôle essentiel en mai 68. On la retrouve aujourd’hui, toutes choses égales par ailleurs. Les engagés dans Nuit debout votent en permanence. Ils ont adopté massivement "la fin des violences policières".

> Un mouvement libertaire. Comme en mai, les partis sont récusés, les chefs refusés, la verticalité condamnée.

Une immense différence pourtant, la force de mai 68 résida dans l’extension du mouvement, la généralisation des contestations, la jonction avec les ouvriers, la grève générale en France. Rien de tel aujourd’hui. Différence avec Podemos aussi, qui déboucha sur un mouvement politique d’un nouveau type. Ni insurrection sociétale, ni nouvel objet politique, Nuit debout relève à cet égard sûrement de l’inédit et peut être de l’éphémère.

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

"Nuit Debout" ou le nouveau passage obligé pour politiques de gauche en quête de "rêve"

Philippot estime qu'il ne sortira "pas grand-chose" du mouvement Nuit Debout

 

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

Nuit debout : peuvent-ils tenir longtemps ?

Ils sont les visages de "Nuit debout"

Du rab sur le Lab

PlusPlus