Emmanuel Macron assure qu'il n'a pas remis en cause les 35 heures devant le Medef

Publié à 11h42, le 28 août 2015 , Modifié à 11h50, le 28 août 2015

Emmanuel Macron assure qu'il n'a pas remis en cause les 35 heures devant le Medef
© AFP

VOUS N'AVEZ RIEN COMPRIS - C'est son ramdam du 27 août : remettre en cause la baisse du temps de travail et faire hurler la gauche. Emmanuel Macron est revenu sur ses propos tenus devant le Medef jeudi soir pour assurer qu'ils avaient été mal interprétés. Il a ainsi déclaré à l'AFP :

"

Je ne parlais pas des 35 heures mais du rapport au travail. Il en faut plus, pas moins. C'est le plus beau combat de la gauche, car le travail, c'est le moteur de l'émancipation individuelle.

"

Dans son discours de clôture devant un parterre de chefs d'entreprise, le ministre de l'Economie avait déclaré :

"

La gauche n'est pas exempte de critiques particulières. Elle a pu croire à un moment, il y a longtemps, que la politique se faisait contre les entreprises, ou au moins sans elle. (...) Elle a cru que la France pourrait aller mieux en travaillant moins, c’était des fausses idées.

 

"

Manuel Valls l'a recadré dans la matinée expliquant que "les petites phrases [faisaient] mal à la vie publique" et assurant que la durée légale du travail ne serait pas remise en cause.

Trop tard pour une partie de la gauche qui a regretté cette saillie. A l'image du député PS Yann Galut qui a déclaré sur Europe 1 :

"

En disant cela, il a quelque part insulté Jaurès, Léon Blum, François Mitterrand, Lionel Jospin et Martine Aubry. (...) Ce sont des mots d'un homme politique de droite ! Aucun homme politique de gauche censé ne tient ses propos.

"

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Darmanin offre sa circonscription à Macron

> Ode à l'amour de Placé à Macron : "il va faire en sorte que ce pays se bouge enfin"

Du rab sur le Lab

PlusPlus