Emmanuel Macron reconnaît qu’il n’est pas vraiment anti-système (et en même temps…)

Publié à 23h37, le 27 avril 2017 , Modifié à 23h37, le 27 avril 2017

Emmanuel Macron reconnaît qu’il n’est pas vraiment anti-système (et en même temps…)
© Montage Le Lab via TF1

Le *système* a longtemps attendu avant de se trouver un représentant dans cette campagne présidentielle, avant que le candidat malheureux à la primaire du PS Vincent Peillon s’en revendique. Emmanuel Macron fait partie de ces nombreux prétendants élyséens qui se prétendent anti-système. Et *en même temps*, selon la formule macronienne consacrée, l’ancien ministre de l’Économie a reconnu, jeudi 27 avril lors de l’émission Élysée 2017, qu’il ne l’était pas vraiment. Il a déclaré :

 

Je ne suis pas le candidat du système au sens où vous l’entendez. On est tous le fruit du système, vous nous avez parfois reproché, peut-être aviez-vous raison, d’avoir tous et toutes dit : 'Je suis anti-système'. Moi, je ne suis pas le fruit du système politique. Je suis nouveau dans la vie politique. Je n’ai pas des années et des années de mandat électif, c’est d’ailleurs ce que certains me reprochent, d’autres me reconnaissent. Je ne suis pas un héritier politique, c’est ma différence avec, par exemple, Madame Le Pen qui est dans le système politique depuis des décennies, qui est une héritière politique. Mais c’est vrai que j’ai été dans le secteur privé, dans la haute fonction publique, ministre, donc je ne vais pas vous dire que je suis quelqu’un qui vient totalement hors du système, pas plus d’ailleurs qu’aux États-Unis monsieur Trump n’était hors du système.

Si l’on *veut être très clair*, selon une autre expression affectionnée par le candidat d’En Marche !, Emmanuel Macron a donc avoué qu’il était bien dans le système (en tant qu’ex-banquier, ex-haut fonctionnaire et ex-ministre), tout en expliquant qu’il n’était "pas le fruit du système politique" (dans la mesure où il n’a jamais été élu). C’est ce qui le distingue, selon lui, de son adversaire du second tour Marine Le Pen, qu’il qualifie d’"héritière politique" puisqu’elle est la fille de Jean-Marie Le Pen.

Peu avant, pour insister sur l’histoire du Front national, Emmanuel Macron avait ciblé Thibaut de la Tocnaye, conseiller régional FN en Paca, en rappelant qu’il est le fils du "commanditaire" de l’attentat du Petit-Clamart perpétré contre le général de Gaulle en 1962.

Du rab sur le Lab

PlusPlus