Emplois familiaux : François-Michel Lambert (LREM) menace de démissionner s'il faut choisir entre "la famille ou la politique"

Publié à 13h35, le 07 octobre 2017 , Modifié à 13h55, le 26 décembre 2017

Emplois familiaux : François-Michel Lambert (LREM) menace de démissionner s'il faut choisir entre "la famille ou la politique"
François-Michel Lambert, député LREM. © Montage le Lab via AFP

S'il fallait trouver un frondeur dans la majorité, le député LREM François-Michel Lambert répondrait très bien à ce qualificatif. Depuis le début du quinquennat, ses commentaires sur les réformes du gouvernement ont des airs de musique d'opposition. Notamment en ce qui concerne la loi de moralisation.

C'est particulièrement le volet "emplois familiaux" qui gêne cet ancien écologiste, lui qui emploie sa femme comme assistante parlementaire. Et, ce samedi 7 octobre, en fin de matinée, François-Michel Lambert a encore frappé.

Sur LCI, le député LREM déplore l'interdiction pour lui d'embaucher un membre de sa famille comme assistant parlementaire. Il lance :

L'interdit va amener à prendre d'autres chemins.

Une journaliste lui demande alors : "Avez-vous envisagé à renoncer à votre mandant ?". Réponse de François-Michel Lambert :

Si, à un moment donné —parce que vous savez c'est pas fini, bientôt on va nous interdire à ce qu'elles puissent venir à l'Assemblée nationale— on me dit "le choix, c'est la famille ou la politique", beh moi je ne me tromperai pas de choix.

Sous-entendu : député, oui, mais jamais sans ma femme. Contacté par le Lab, François-Michel Lambert attaque vertement ses collègues députés, les accusant de "mentir aux Français en leur faisant croire qu'on est des moines prêts à servir, sans avoir le plaisir d'avoir une famille" Il explicite sa position :

 

Il est clair qu'entre ma vie de famille et la politique, je ne me tromperai pas. Certains préfèrent tout sacrifier, perdre femme et enfants. S'ils pensent qu'ils n'existent qu'à travers la politique, tant mieux pour eux. Moi, je regarde les modalités pour qu'on continue de travailler ensemble, comme collaboratrice bénévole par exemple. Je demande régulièrement à la déontologue de l'Assemblée si c'est possible. Et si à la fin, il y a un délire comparable à la Terreur, on partira en exil politique.

Sur LCI, François-Michel Lambert ne voit pas "où est le problème de travailler avec [s]a femme", sachant qu'il la décrit comme "une personne diplômée, dévouée, avec qui on peut dépasser la capacité de travail parce que nous sommes 24/24 ensemble".

Puis, le député LREM balance :

Une députée qui a voté cette interdiction m'a écrit pour me dire : "Tu fais comme tout le monde, tu la fais embaucher par un autre député". Donc vous voyez, c'est complètement cynique.

En février dernier, le député UDE François-Michel Lambert publiait dans le JDD une tribune intitulée "La lettre d'amour d'un député à sa femme... et assistante parlementaire" dans laquelle il écrivait : "A choisir entre la poursuite d'un possible deuxième mandat avec elle ou l'écarter comme l’opinion publique l'exigerait, je ne me tromperai pas : je ne briguerai pas de nouveau mandat". Depuis, il a été réélu sous l'étiquette LREM. 

En juillet dernier, lorsque les députés votaient l'interdiction des emplois familiaux, François-Michel Lambert regrettait une réforme "sous la pression des médias et de fantasmes sur la probité des élus". "Du pur affichage", assurait-il ensuite. Et s'il n'était pas du genre à s'auto-censurer, cela ne lui avait pas empêché de qualifier la communication de son parti de "communication digne de la Pravda".

Du rab sur le Lab

PlusPlus