En difficultés financières, l’UDI a failli être mis en redressement judiciaire

Publié à 15h44, le 07 janvier 2016 , Modifié à 16h00, le 07 janvier 2016

En difficultés financières, l’UDI a failli être mis en redressement judiciaire
Jean-Christophe Lagarde. © PATRICK KOVARIK / AFP

UDITHON – En politique comme ailleurs, l’argent est le nerf de la guerre. Les Républicains (ex-UMP) comme le Front national ou le NPA en savent quelque chose. Et désormais l’UDI aussi. La crise semble toucher tout le monde.

Sud Ouest révèle ce jeudi 7 janvier que le parti centriste connaît quelques difficultés pour boucler ses fins de mois et d’année. Elu président du parti après la retraite politique de Jean-Louis Borloo, Jean-Christophe Lagarde a envoyé un message à ses militants dans la foulée des élections régionales. Et le message en question est plutôt inquiétant concernant les finances de ce parti allié de LR. Le député-maire centriste de Drancy a ainsi écrit à ses ouailles :

"

Il y a quelques semaines, nous avons échappé de très peu à la mise en redressement judiciaire, ce qui aurait signifié la fin de l’UDI.

"

Des soucis au porte-monnaie qui sont l’occasion pour Jean-Christophe Lagarde de faire un appel aux dons, tout en rappelant que ces versements aux partis politiques donnent droit à une déduction fiscale. Selon les calculs du patron de l’UDI, un don de 50 euros par militant "éviterait de recourir au crédit bancaire", écrit Sud Ouest.

Le problème de l’UDI, c’est que le parti a été créé après les élections législatives de 2012. Or, ce sont les résultats à ce scrutin qui déterminent une majeure partie de ses dotations publiques. "L’autre part dépend du nombre de parlementaires qui se déclarent rattachés à ce parti", précise encore le quotidien.

Car le parti centriste rassemble diverses formations politiques comme le Nouveau Centre d’Hervé Morin ou le Parti radical. "Notre financement public provient des partis qui composent l'UDI. Tous ont accepté par convention de consacrer 50 % de leurs ressources au financement de l'UDI", précise Jean-Christophe Lagarde dans son courrier relayé par Sud Ouest. Mais visiblement, la machine est un peu enrayée.

Du rab sur le Lab

PlusPlus