En redevenant député, Manuel Valls a embauché son suppléant Carlos da Silva en tant qu’assistant parlementaire

Publié à 09h07, le 23 février 2017 , Modifié à 09h20, le 23 février 2017

En redevenant député, Manuel Valls a embauché son suppléant Carlos da Silva en tant qu’assistant parlementaire
Manuel Valls à Carlos da Silva : "Tu restes à l'Assemblée, je te dis, c'est pas un problème. Mais... maintenant, c'est moi le patron et toi l'assistant" © JACQUES DEMARTHON / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

LE DÉCLASSEMENT, C’EST MAINTENANT - Qu’est-ce que fait un Premier ministre quand il quitte Matignon ? Comme son prédécesseur Jean-marc Ayrault, Manuel Valls a récupéré son poste de député. Et comme l’a repéré Marianne mercredi 22 février 2017, l’ex-chef du gouvernement a embauché Carlos da Silva comme assistant parlementaire, celui-là même qui l’avait remplacé à l’Assemblée nationale de 2012 à 2016.

Le "PenelopeGate" a mis en pleine lumière la question des emplois familiaux au Parlement, que ce soit à l’Assemblée nationale ou au Sénat. Mais si les députés et les sénateurs étaient obligés, depuis 2014, de publier sur leur déclaration auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique les noms de leurs collaborateurs, ces derniers ne figuraient pas sur le site officiel de la chambre basse. Mais grâce à l’affaire Fillon, les choses ont changé : l’Assemblée nationale a décidé de publier la liste des collaborateurs parlementaires sur son site (la liste est accessible ici).

Contacté par Marianne, l’ex-député redevenu assistant parlementaire assume. Si Carlos da Silva a accepté le poste, c’est surtout par "souci de continuité", pour mieux suivre les dossiers dont il s’est occupé depuis 2012. Il explique ensuite :

"

Je comprends les suspicions au vu des précédents mais je n'ai rien à cacher, je suis bien devenu le collaborateur effectif de Manuel Valls depuis son retour à l'Assemblée nationale.

"

Au passage, précisons que Manuel Valls n'est pas encore retourné à l'Assemblée nationale, comme le montre son activité sur le site nosdéputés.fr. Et il n'aura pas l'occasion de le faire puisque la session parlementaire a pris fin mercredi dernier

Quand Marianne lui demande ce qu’il fait depuis qu'il a changé de poste, Carlos da Silva raconte :

"

J'assiste à des réunions où je représente Manuel Valls, je prends des notes sur les prises de positions des uns et des autres, je reçois à la permanence parlementaire, je fais des relations publiques et des relations presse.

"

Et ce n’est pas fini, l’assistant parlementaire s’adonne aussi à d’autres activités, comme "passer l’aspirateur" ou "rédiger quelques courriers" pour son titulaire. Que voulez-vous, c’est un sacerdoce le travail d’assistant parlementaire.

Un dernier détail, financier cette fois. Combien gagne-t-il pour s’effacer au profit de son patron ? Il préfère rester discret sur ce point, prétextant de "relations contractuelles privées". La transparence dans la vie politique a ses limites. 



[A LIRE AUSSI SUR LE LAB]

> Conséquence de l’affaire Fillon : l’Assemblée va publier la liste des collaborateurs parlementaires

Du rab sur le Lab

PlusPlus