Eric Woerth: "je me suis fait un peu plaisir en ciblant trois, quatre personnes"

Publié à 09h26, le 03 juin 2015 , Modifié à 09h34, le 03 juin 2015

Eric Woerth: "je me suis fait un peu plaisir en ciblant trois, quatre personnes"
Eric Woerth © PATRICK KOVARIK / AFP

Depuis qu'il a été blanchi dans l'affaire Bettencourt, Eric Woerth multiplie les passages médiatiques. Il y explique la difficulté de ces cinq années passées dans l’œil du cyclone et y assure, lui qui vient d'être nommé délégué général au projet pour Les Républicains, qu'il veut aller de l'avant. Il n'hésite pas non plus à décocher quelques flèches contre les politiques qui l'ont acculé à l'époque, et tout particulièrement contre Martine Aubry.

Invité de France Info ce 3 juin, Eric Woerth le concède: en lâchant ses coups, il s'est fait "un peu plaisir". Il dit :

 

"

Oui je me suis quand même fait un peu plaisir, pour tout vous dire, en ciblant trois, quatre personnes. Je pourrais en citer trente ou quarante, ça n’a aucun intérêt.

 

"

Il enchaîne immédiatement sur un propos plus positif :

 

"

Mais je voudrais surtout citer celles et ceux qui m’ont soutenus. Même lorsque j’étais au plus bas, accablé d’attaques.

"

Depuis sa relaxe, l'ancien ministre répète régulièrement que la maire de Lille a été "absolument ignoble quand elle a commencé à accuser [sa] femme".

Sur France 5 le 1er juin, il a même fortement sous-entendu que Martine Aubry avait elle-même des choses à se reprocher :

 

"

Mon épouse n'avait pas à subir les attaques de Martine Aubry, qui elle-même n'est – et c'est le moins que l'on puisse dire – pas toute blanche.

"

Il a par la suite refusé de développer son accusation, assurant qu'il ne s'agissait pas du dossier de l'amiante et incitant les journalistes à "trouver leur propre explication". Le journaliste de France inter Patrick Cohen lui a alors fait remarquer qu'il "venait de faire exactement ce qu'il reprochait à Martine Aubry".

Du rab sur le Lab

PlusPlus