Euro 2016 : notre liste des 23 sélectionnés

Publié à 16h51, le 12 mai 2016 , Modifié à 17h46, le 12 mai 2016

Euro 2016 : notre liste des 23 sélectionnés
L'équipe-type de la France pour l'Euro de football. Ou presque. © Le Lab / Mikaël Reichardt

#FOOTPOLITIQUE - Didier Deschamps dévoile ce jeudi 12 mai, au journal de TF1, sa liste des 23 joueurs retenus pour disputer l’Euro de football en France. Hatem Ben Arfa fera-il partie des heureux élus ? Qui pour remplacer Karim Benzema, déclaré non-sélectionnable depuis que son nom a été accolé aux mots "sextape" et "Mathieu Valbuena" ? Les Bleus se relèveront-ils de l’absence, quasi-certaine, de Corentin Tolisso ? Autant de questions qui trouveront une réponse ce soir - enfin peut-être.

En attendant, le Lab vous dévoile en exclusivité SA liste des 23 joueurs et 7 réservistes sélectionnés pour l’Euro 2016. Une équipe offensive dirigée par deux Sages, Jean-Louis Debré et son héritier Laurent Fabius. Une équipe taillée pour soulever les trophées, si, et c’est un grand si, tout le monde arrive à jouer ensemble. À eux de prouver qu'ils en sont capables.



  • L'équipe-type


> Leurs points forts/faibles

# Nadine Morano : Avec ses réflexes inégalables (une actu, un tweet, un post Facebook), la candidate à la primaire ne laissera rien passer. / A tendance à s’auto-exclure du match par excès de caractère.

# Najat Vallaud-Belkacem : Incontournable à gauche, pierre angulaire du mur défensif. Elle aime aussi provoquer la défense adverse par des montées dans son couloir. / Assez peu créative, elle se contente souvent d’appliquer les consignes à la lettre.

# Jean-Marie Le Guen : Sentinelle par excellence, il passe son temps à se mettre sur le chemin de ses adversaires, souvent de manière très rugueuse. Adepte du tacle à la gorge. / A tendance à se laisser emporter dans le duel avec l’adversaire et à oublier les fondamentaux.

# Éric Ciotti : Clone presque parfait de son acolyte Le Guen en version poche, mais préfère jouer sur son pied droit. Entre régulièrement dans la tête de ses adversaires pour les faire déjouer. / Hésite trop pour savoir à qui passer le ballon.

# Laurent Wauquiez : Pas plus dur sur l’homme que lui à droite. Combattant de tous les instants qui ne fait jamais l’erreur de relancer dans l’axe. / Colle trop souvent à sa ligne de touche.

# Stéphane Le Foll : Son physique d’armoire à glace et sa ténacité en font un roc indestructible devant la défense. Aussi bon à la récupération qu’à la relance (son mantra : "Hé oh l’attaque !"), capable de répéter les mêmes gestes à l’infini et à la perfection. / Sort souvent de son match par agacement. Brille rarement autrement que par les tâches ingrates auxquelles il est abonné.

# François Hollande : Meneur de jeu titulaire, il aura à coeur de livrer une grande prestation pour ce qui sera peut-être sa dernière compétition internationale. Connu pour sa capacité à souder un groupe dans une habile synthèse. / Sa sélection a été remise en cause du fait de sa dernière saison, sa forme du moment et ses derniers résultats laissant à désirer (mais il assure que "ça va mieux"). A parfois du mal à décider où distribuer le jeu : à gauche ou à droite ?

# Emmanuel Macron : Révélation de la saison en Ligue 1, certains voient en lui rien de moins que le Cristiano Ronaldo français. Flamboyant ailier droit qui adore prendre des initiatives. Provocateur ballon au pied, aime à effacer ses adversaires par de *subtils* double-contacts gauche-droite. / Forte propension à jouer perso et à se retrouver isolé dans la défense. Prédilection pour les lignes de stats individuelles bien remplies au détriment du résultat collectif.

# Nathalie Kosciusko-Morizet : Aime exploiter les espaces libres sur son couloir gauche tout en décrochant régulièrement pour venir au soutien. Dispose d’une conduite de balle iconoclaste à même de déstabiliser n’importe quel adversaire direct. / Sa *créativité* prend parfois ses propres coéquipiers au dépourvu. Malgré une certaine vision du jeu, manque un peu de sens de la passe. Adepte du trash-talking qui lui vaut une surveillance accrue du corps arbitral.

# François Fillon : Joueur d’expérience, travailleur, il sort d’une période difficile passée à se reconstruire après l’échec cuisant de l’Euro 2012. Revanchard, il entend aujourd’hui "renverser la table" des pronostics et prouver à la France qu’il est bien plus qu’un simple joker collaborateur. / A tendance à faire les mauvais choix et à s’isoler du reste du groupe. 

# Marine Le Pen : Profil le plus offensif du réservoir français. Par une pression constante sur l’adversaire, elle récupère souvent de précieuses munitions. Frappe fort et très souvent au but. Redoutable en face-à-face avec les gardiens. / Tendance au "zlatanage" excessif. Son jeu ultra-physique est régulièrement sanctionné. Esprit d’équipe qui reste à démontrer.



  • Le staff

# Sélectionneurs : Laurent Fabius - Jean-Louis Debré (duo de sages expérimentés et complémentaires)

# Préparateur mental : Jean-Pierre Raffarin (chantre de la "positive attitude")

# Préparateur physique : Dominique De Villepin (ses méthodes révolutionnaires de jogging sur la plage n’ont plus rien à prouver)

# Conseiller tactique : Julien Dray (surnommé "le Baron noir du pré")



  • Les remplaçants

> Attaquants

# Jean-Luc Mélenchon ("super sub" par excellence, capable de tout changer dès son entrée sur le terrain)

# Martine Aubry (redoutable autrefois devant le but, elle a tendance à se "cavaniser" aujourd’hui, se créant moult occasions mais sans parvenir à concrétiser)

# Cécile Duflot (autrefois symbole d’une équipe conquérante, l’écolo a vu sa carrière stoppée en pleine ascension par des changements tactiques à la tête de l’équipe de France. Malgré tout, son potentiel reste grand sur le front de l’attaque. Son entrée en cours de jeu peut être un plus)

# Marion Maréchal-Le Pen (jeune espoir de l’attaque, elle doit encore apprendre à se libérer d’un héritage lourd)

# Gérald Darmanin (formé par l’un des anciens piliers de l’Équipe de France, sa saison passée a laissé entrevoir de grands espoirs pour l’avenir)

> Milieux de terrain

# Nicolas Sarkozy (capitaine de la précédente sélection, sa méforme l’a poussé sur le banc. Fera tout pour récupérer son statut de titulaire)

# François Bayrou (tel le fameux "plat du pied, sécurité", le Palois est tout simplement inamovible au centre)

# Manuel Valls (autrefois joueur purement offensif, il a peu à peu reculé sur le terrain avec l’accumulation des saisons. Privilégie désormais la conservation de balle à la relance tous azimuts)

> Défenseurs

Bruno Le Roux (latéral gauche de devoir, constant dans ses prestations. N’a pas intégré l’équipe-type en dépit de ses très nombreux efforts)

Jean-Vincent Placé (appelé de dernière minute polyvalent : aussi à l’aise à gauche qu’à droite ou au centre)

> Gardiens 

# Christiane Taubira (Symbole du beau jeu, sa détente légendaire lui permet les envolées les plus spectaculaires)

# Gérard Larcher (sa sérénité légendaire infuse sur tout le groupe. Grand sang-froid devant le danger)

> Réservistes

Ségolène Royal (LA grande absente de cette liste, à la surprise générale - notamment la sienne, elle qui se voyait "indispensable" à la sélection), Hervé Mariton (encore un peu juste pour intégrer les A directement), Jean-François Copé (son retour de blessure n’a pas pleinement convaincu le staff, qui refuse cependant de s’en passer totalement), Philippe Poutou (toujours short-listé, rarement sélectionné, chaque fois partant pour remettre ça), Florian Philippot (ses partenaires de club lui ont volé la vedette, mais il reste une option), Hervé Morin (prêt à rendre service même s'il n'a plus de grandes ambitions pour lui-même), Barbara Pompili (sa récente ascension en championnat lui a valu d’être remarquée).



  • La liste complète

# Attaquants (7) : François Fillon, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Martine Aubry, Cécile Duflot, Marion Maréchal-Le Pen, Arnaud Montebourg

# Milieux (7) : François Hollande, Nicolas Sarkozy, Stéphane Le Foll, Nathalie Kosciusko-Morizet, Emmanuel Macron, François Bayrou, Manuel Valls

# Défenseurs (6) : Jean-Marie Le Guen, Éric Ciotti, Laurent Wauquiez, Najat Vallaud-Belkacem, Bruno Le Roux, Jean-Vincent Placé

# Gardiens (3) : Nadine Morano, Christiane Taubira, Gérard Larcher

# Réservistes (7) : Ségolène Royal, Hervé Mariton, Jean-François Copé, Philippe Poutou, Florian Philippot, Hervé Morin, Barbara Pompili

Du rab sur le Lab

PlusPlus