Face à Jean-Jacques Bourdin, Éric Ciotti est beaucoup moins catégorique sur le "soutien ouvert" de BFMTV à Emmanuel Macron

Publié à 10h08, le 15 mars 2017 , Modifié à 11h30, le 15 mars 2017

Face à Jean-Jacques Bourdin, Éric Ciotti est beaucoup moins catégorique sur le "soutien ouvert" de BFMTV à Emmanuel Macron
© Montage Le Lab via captures d'écran BFMTV.

C’est devenu un classique chez les fillonistes : balancer une affirmation/accusation énorme et indignée, qui va provoquer des réactions en chaîne. Puis rétropédaler avec plus ou moins de nuances. Le tout peut parfois prendre 24 heures chrono.

Éric Ciotti vous en donne une parfaite illustration. La séquence débute mardi 14 mars. Sur les antennes de Public Sénat et Sud Radio, le député LR des Alpes-Maritimes reprend les accusations du Front national contre des patrons de presse qui "soutiennent ouvertement" Emmanuel Macron.

Dès le lendemain matin, l’aspirant ministre de l’Intérieur de François Fillon vient défendre son champion sur… BFMTV, chaîne détenue par Patrick Drahi qui a justement fait l’objet d’accusations mardi. Va-t-il en profiter pour réitérer ces déclarations face à son intervieweur ? Eh bien… pas vraiment. Car Éric Ciotti se dégonfle un tout petit peu face à Jean-Jacques Bourdin qui, connu pour sa ténacité, aborde lui-même le sujet :

 

"

- Jean-Jacques Bourdin : Voilà François Fillon qui est victime d’un complot Hollande-Macron-Drahi. Vous reprenez les accusations de Marine Le Pen, d’ailleurs, au passage, hein. Dites-moi franchement, je vais vous demander franchement : vous pensez que nous soutenons Emmanuel Macron ? Franchement ? Soyons francs !



- Éric Ciotti : Je ne dirais pas ça...



- Jean-Jacques Bourdin : Vous l’avez dit hier !



- Éric Ciotti : Non, je n’ai pas dit ça.



- Jean-Jacques Bourdin : Vous êtes invité ce matin, vous dites le contraire de ce que vous avez dit hier parce que vous n’étiez pas invité.

"

 

Est-ce parce qu’on lui demande à plusieurs reprises de la "franchise" qu’Éric Ciotti se montre beaucoup moins catégorique ? Voici comment l’élu des Alpes-Maritimes rétropédale :

 

"

- Éric Ciotti : J’ai pointé simplement la proximité de grands groupes de presse, et notamment dans lequel figurent BFMTV et RMC, et la proximité du patron de ce groupe avec monsieur Macron. C’est un fait objectif. L’ancien dirigeant d’Altice Médias, Bernard Mourade, et proche de Drahi, est aujourd’hui l’un des principaux conseiller de monsieur Macron.



- Jean-Jacques Bourdin : Il a quitté le groupe.



- Éric Ciotti : Il y a cette proximité, vous ne pouvez pas la nier. Quand, dans un autre groupe de presse, qui possède Le Monde notamment, il y a des soutiens massifs, celui de monsieur Bergé, propriétaire du Monde, vous ne pouvez pas nier, en tout cas, c’est ce que j’entends sur mes marchés à Nice… j’écoute ce que j’entends. Je fais pas de procès d’intention aux journalistes. [...] C’est un appel à l’équilibre. Chacun a une responsabilité.

"

 

Pas moins remonté contre les patrons de presse (comme le sont aussi le FN et le camp Hamon), Éric Ciotti modère toutefois ses propos. Voici sa déclaration exacte prononcée mardi :

 

"

Il y a des groupes de presse, et notamment celui qui est dirigé par monsieur Drahi, qui, il est assez clair et assez évident, soutiennent aujourd'hui ouvertement monsieur Macron. Dans le but de le faire élire président de la République, ça c'est manifeste.

"

¯\_(ツ)_/¯

Du rab sur le Lab

PlusPlus