Faits divers et références ciné : le "j’accuse" de Nicolas Dupont-Aignan contre Christiane Taubira

Publié à 08h37, le 21 juillet 2015 , Modifié à 11h16, le 21 juillet 2015

Faits divers et références ciné : le "j’accuse" de Nicolas Dupont-Aignan contre Christiane Taubira
Nicolas Dupont-Aignan accuse. © AFP.

J'ACCUSE - Y’a pas à dire, il est remonté Nicolas Dupont-Aignan. Candidat aux régionales en Ile-de-France sous l’étiquette de son parti Debout la France, l’ancien candidat à la présidentielle se fend, lundi 20 juillet sur son blog, de son "J’accuse" à lui. Un bon coup de gueule au cœur de l'été. Et qui accuse-t-il ? Bah, Christiane Taubira, pardi, responsable selon lui de tous les faits divers estivaux qui ont lieu en France.

Dans un billet de blog au titre parlant de "guérilla urbaine : j’accuse Mme Taubira", Nicolas Dupont-Aignan s’inquiète d’une France devenue, selon lui, "un véritable Far-West". Et pour le démontrer, "NDA" liste toute une flopée de faits divers. Ainsi cite-t-il ces lieux frappés durant l’été comme "la maison de la maire de Villeneuve-Saint-Georges", "le commissariat des Ulis", "Epinay-sous-Sénart", "en Essonne", "à Vaulx-en-Velin", "Reims", "Brest" ou encore "dans l’Aisne". Les délinquants sont partout.

Pour mieux appuyer son propos, au cœur de cette longue litanie d’actes délictueux, le président de Debout la France pioche dans des références cinématographiques. Ainsi, pour Nicolas Dupont-Aignan, "ces voyous, persuadés d’être dans un remake du film « Le Parrain », bénéficient d’une impunité totale et ne craignent plus personne", affirme-t-il avant de qualifier cette France de "France Orange mécanique" en référence au mythique film de Stanley Kubrick.

Les fautifs ? Principalement Christiane Taubira, la ministre de la Justice de François Hollande, donc, mais aussi Rachida Dati, un peu. Il écrit :

"

Pas étonnant lorsqu’on a une Justice qui s’acharne sur le travail des policiers pendant qu’elle libère les délinquants. Ce laxisme judiciaire est la raison principale de ce climat détestable. Suite aux pleins effets de la loi Taubira, inspirée de la loi Dati, les individus condamnés à 5 ans ou moins de prison ne font pas une seule journée de rétention.

"

En guise de conclusion, ce "provocateur" de Nicolas Dupont-Aignan fustige "l’idéologie laxiste" du gouvernement qui, selon lui, "a choisi son camp", "celui des bandes qui dévalisent, violentent ou dépouillent dans nos quartiers", "celui des caïds et des voyous". Tout simplement.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Estrosi se mue en Emile Zola et publie son "j'accuse" contre le gouvernement 

Du rab sur le Lab

PlusPlus