Faux tracts : Mélenchon assure que l'UMP, le PS et le FN ont cherché "à sauver le soldat Le Pen"

Publié à 17h05, le 19 mai 2015 , Modifié à 17h19, le 19 mai 2015

Faux tracts : Mélenchon assure que l'UMP, le PS et le FN ont cherché "à sauver le soldat Le Pen"
Montage le Lab / via AFP

UMPSFN - Jean-Luc Mélenchon s'était félicité en avril 2014 d'avoir fait condamner "la délinquante" Marine Le Pen dans l'affaire des faux-tracts qui avaient circulé à Hénin-Beaumont lors de la campagne législative de 2012. Sauf que la justice a finalement relaxé Marine Le Pen ce 19 mai. Ce que Jean-Luc Mélenchon n'apprécie guère.

Dans un post de blog du 19 mai, l'eurodéputé estime que cette décision a une signification politique : pour lui, il s'agit d'une alliance inédite entre l'UMP, le PS et le FN qui aurait permis cette décision de justice. Il écrit :

"

Dans ce dossier, la bande des trois, UMP, PS et FN, a marché la main dans la main pour sauver le soldat Le Pen pourtant prise la main dans le sac.

"

Puis, le fondateur du Parti de gauche dénonce dans une longue anaphore l'attitude de ses adversaires politiques. Il développe :

"

Je dénonce de tels dysfonctionnements de la police et de la justice qui laissent impunies des violations de règles fondamentales de la démocratie. Je dénonce le soutien reçu par Madame Le Pen de la part des sommets d’abord UMP puis PS du ministère de la Justice. Je dénonce le silence assourdissant du PS sur cette affaire depuis le début. Je dénonce l’inertie de madame Taubira dans la répression des fraudes électorales puisqu’elle n’a donné aucune consigne générale sur le thème aux procureurs, et de plus ne s’est jamais intéressée aux dysfonctionnements locaux, trouvant normal qu’une plainte et une enquête soient perdues !

"

Marine Le Pen avait assumé ce tract en mai 2012 en le qualifiant de "coup médiatique". 

Jean-Luc Mélenchon termine son billet par une analyse électorale dont il a le secret. Selon lui, la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie "est déjà sous l’emprise du FN avant même les régionales". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus