Filippetti dénonce l’effacement de toute trace de son passage à la Culture : "c’est comme au temps de Staline"

Publié à 10h09, le 10 mars 2016 , Modifié à 10h09, le 10 mars 2016

Filippetti dénonce l’effacement de toute trace de son passage à la Culture : "c’est comme au temps de Staline"
© LIONEL BONAVENTURE / AFP

BACK IN THE USSR - On avait halluciné en voyant le retour des staliniens chez Les Républicains. Mais il semble qu’ils soient aussi à gauche et au gouvernement. C’est en tout cas ce que dénonce Aurélie Filippetti, selon Libération du 9 mars.

Depuis son départ du gouvernement en même temps qu’Arnaud Montebourg et Benoît Hamon à l’été 2014, Aurélie Filippetti "s’amuse de voir à quel point, depuis son départ de la Culture, le gouvernement ‘efface toute trace de [son] passage’ rue de Valois", écrit le quotidien, rapportant des propos de celle qui est redevenue députée, frondeuse qui plus est.

Et l’ancienne ministre de la Culture, remplacée par Fleur Pellerin (elle-même récemment remplacée par la conseillère de François Hollande Audrey Azoulay), d’établir une comparaison entre le traitement qui lui a été réservé au ministère après son départ et des méthodes staliniennes. Elle dit :

"

C’est comme au temps de Staline, quand on faisait disparaître les opposants de la photo.

"

On ne sait pas à quoi fait exactement référence Aurélie Filippetti. Toujours est-il qu’en tapant son nom dans le moteur de recherche du site du ministère, apparaissent toujours les archives du temps où elle détenait ce maroquin.

Coté stalinisme, le vocable est récurrent dans le débat politique français. Mais récemment, c’est plutôt du côté des Républicains qu’il se trouvait. Ainsi Nathalie Kosciusko-Morizet, sur le point d’être évincée de la direction de LR, dénonçait, en décembre 2015, "une vieille idée stalinienne". En réponse, Nadine Morano avait à son tour dénoncé "la méthode stalinienne" de… NKM.

Du rab sur le Lab

PlusPlus