Publié à 16h23, le 03 janvier 2018 , Modifié à 17h43, le 03 janvier 2018

Fin du suspense : Najat Vallaud-Belkacem ne briguera pas la tête du PS

© AFP

C’était tout ou rien et il faut croire que ce ne sera rien. Najat Vallaud-Belkacem annonce, dans L’Obs daté du 4 janvier, qu’elle ne briguera pas la tête du Parti socialiste lors du prochain congrès, au mois de mars. L’ancienne ministre de l’Éducation nationale déclare :

J’ai toujours en moi autant d’engagement qu’auparavant. Mais, depuis plusieurs mois, je ressens le besoin de l’exprimer autrement. [...] L’avenir de la gauche dépasse de très loin la question de l’appareil socialiste. Je sais que cela peut paraître étrange de ne pas céder à l’amicale pression de ses amis, que les standards de la politique nous ont plutôt habitués au contraire, mais je veux vraiment réfléchir, travailler et comprendre d’autres mondes que le seul monde politique. Je n’ai d’ailleurs jamais voulu d’une vie réduite à la politique. Je sais qu’il y a d’autres façons de se rendre utile.

Et Najat Vallaud-Belkacem d'ajouter qu'elle sera aux "côtés" de "cette gauche de progrès qui est la [s]ienne", à sa "manière, singulière".

Depuis sa défaite aux législatives, en juin dernier, "NVB" s’était retirée provisoirement (croyait-on) de la vie politique, refusant d’abord d’intégrer la direction collégiale du PS. Disparue des radars, on avait appris qu’elle se consacrait à d’autres projets : l’obtention de son permis de conduire et le lancement d’une maison d’édition.

En attendant, Najat Vallaud-Belkacem va diriger une collection d’essais chez Fayard "consacrée aux batailles culturelles du progressisme".

En novembre, l’ancienne porte-parole du gouvernement Ayrault avait posé deux conditions pour sa candidature, selon Le Figaro : "Celle d’obtenir la tête de liste lors des prochaines élections européennes, et que le poste de Premier secrétaire soit rémunéré et non plus bénévole."

À croire que ces prérequis n’ont pas été remplis, ou que cela n’a pas suffi à la faire sortir de sa retraite.

Poussée par les "quadras" du PS pour candidater au poste de Premier secrétaire du PS, l’ex-ministre devait incarner la ligne hollandaise. Cette dernière reste donc sans représentant, hormis Stéphane Le Foll qui entretient le suspense sur une éventuelle candidature. Pour l’heure, seul l’ex-vallsiste Luc Carvounas a manifesté son projet de prendre la tête du Parti socialiste.

Et en exclusivité, la réaction de Luc Carvounas à cette annonce :

via GIPHY

#

Voir plus!