Finalement, Macron ne célébrera pas mai 68

Publié à 09h35, le 05 novembre 2017 , Modifié à 14h47, le 05 novembre 2017

Finalement, Macron ne célébrera pas mai 68
Emmanuel Macron © AFP

C'était il n'y a pas si longtemps, quelques jours à peine : la présidence de la République disait être en train de réfléchir à la manière dont elle allait commémorer le 50e anniversaire des événements de mai 68. L'Elysée souhaitait "réfléchir sur ce moment et en tirer des leçons qui ne soient pas 'anti' ou 'pro' mais tiennent compte de ces événements dans les mentalités actuelles car 68 fut le temps des utopies et des désillusions et nous n'avons plus vraiment d'utopies et vécu trop de désillusions", disait-on alors.

Et puis non, finalement. Selon le JDD ce dimanche 5 novembre, Emmanuel Macron a fait machine arrière. L'hebdomadaire écrit :

Le chef de l'État ne célébrera pas le 50e anniversaire de Mai-1968. […] Il a décidé de ne rien faire.

 

Du côté de la présidence, on n'est pas aussi ferme. "Il [Emmanuel Macron] n'a jamais annoncé officiellement vouloir le commémorer, pas plus qu'il ne renonce à le faire", dit-on auprès du Huffington Post. "L'Élysée mène une réflexion qui n'est pas aboutie à ce stade, sur ce qui pourrait être commémoré sur l'année 2018. Ni plus ni moins", ajoute-t-on. En clair : rien n'est tranché. 

Selon L'Opinion, fin octobre, L'Élysée voulait donner une dimension internationale à 1968 car, outre les événements français, ce fut l'année du Printemps de Prague, des grandes manifestations aux États-Unis, du massacre à l'Université de Mexico et des mouvements étudiants dans toute l'Europe.

Ce renoncement présidentiel devrait en tout cas ravir ceux qui, notamment à droite, s'étaient insurgés - voire tout à fait emportés - contre cette initiative présidentielle de vouloir célébrer mai 68. "Les bras m'en tombent", avait ainsi commenté Laurent Wauquiez, le 29 octobre au Grand Jury

 

[EDIT 11h18] Ajout précisions de l'Elysée auprès du Huffington Post

Du rab sur le Lab

PlusPlus