Quittant son ministère, Pellerin dit sa "gratitude" et sa "fidélité" envers Valls (mais n'évoque pas Hollande)

Publié à 13h56, le 12 février 2016 , Modifié à 17h08, le 12 février 2016

Quittant son ministère, Pellerin dit sa "gratitude" et sa "fidélité" envers Valls (mais n'évoque pas Hollande)
© AFP

#TEAMVALLS - Fleur Pellerin quitte le gouvernement, vendredi 12 février. Très secouée par un limogeage auquel elle ne s'attendait pas, l'ex-ministre de la Culture a sacrifié à la traditionnelle passation de pouvoir entre un ministre et son successeur, en l'occurrence Audrey Azoulay, jusqu'ici conseillère culture de François Hollande à l'Élysée. 

Fleur Pellerin a prononcé un discours offensif, vantant largement son bilan. Et n'oubliant pas de remercier qui de droit :

"

J'ai une gratitude immense, indicible, envers Manuel Valls qui a proposé mon nom au président de la République [pour le ministère de la Culture]. Je tiens à lui dire ma reconnaisance et ma fidélité. 

"

Auparavant, elle avait également remercié Jean-Marc Ayrault qui, alors Premier ministre, l'avait proposée au Numérique puis au Commerce extérieur.

Et au milieu de tout ça, pas un mot pour François Hollande. Pas un seul. 

On ne peut y voir qu'une démonstration de sa frustration à l'heure de quitter la rue de Valois. François Hollande l'a en effet prévenue de son éviction seulement 45 minutes avant l'annonce du nouveau gouvernement, jeudi. Prise au dépourvu, elle se serait alos entendu dire, de la part du président (et selon Le Point) :

"

Ce n'est pas ton travail qui est remis en cause. Mais j'ai besoin de quelqu'un pour faire de la politique.

"

Fleur Pellerin vient de montrer qu'elle savait parfaitement en faire. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus