François Bayrou prédit à Edouard Philippe qu’Emmanuel Macron "ne tiendra pas longtemps"… parce qu’il dort trop peu

Publié à 07h30, le 20 septembre 2017 , Modifié à 07h30, le 20 septembre 2017

François Bayrou prédit à Edouard Philippe qu’Emmanuel Macron "ne tiendra pas longtemps"… parce qu’il dort trop peu
Emmanuel Macron et François Bayrou. © AFP

LA NUIT PORTE CONSEIL - Fort de 47 députés avec le Modem, François Bayrou, malgré son départ précoce du gouvernement, reste un allié important d’Emmanuel Macron et de la majorité. C’est notamment pour cela que le chef de l’Etat a ordonné à ses troupes de ne pas se fâcher avec le maire de Pau. Mais le maire de Pau justement, citoyen avant tout, s’inquiète pour Emmanuel Macron.

Ainsi pense-t-il qu’Emmanuel Macron ne tiendra pas sur la longueur. Son raisonnement n’est cependant pas le même que celui de la France insoumise qui, au cœur de la contestation contre les ordonnances sur la loi travail, tente d’installer l’idée "d’élections anticipées" avant 2022. Non, pour François Bayrou, c’est le manque de sommeil qui risque de pénaliser le Président.

Le Canard Enchaîné de ce mercredi 20 septembre rapporte en ce sens une conversation entre le citoyen palois et Edouard Philippe lors de la visite du Premier ministre à Pau le 9 septembre. A cette occasion, l’éphémère ministre de la Justice a fait part de ses craintes à son ancien n+1 :

Je pense qu’un mec qui ne dort pas ne peut pas tenir longtemps.

Car Emmanuel Macron, comme plusieurs de ses prédécesseurs à l’Elysée, a la réputation de ne fermer l’œil qu’une poignée d’heures par nuit. C’était déjà le cas lorsqu’il était ministre de l’Economie de François Hollande qui, d’ailleurs, en rigolait avec Bruno Le Roux.

Le président de la République et le chef de file des députés PS avaient comparé, selon L’Express, les heures d'envoi des SMS qu'ils recevaient du ministre. L'objectif ? Calculer le nombre d'heure de dodo effectif d'Emmanuel Macron. Et le résultat fut maigre : d'après eux, le patron de Bercy dormait trois heures par nuit.

Du rab sur le Lab

PlusPlus