François de Rugy et Barbara Pompili proposent une répartition des QAG entre les EELV pro et anti-gouvernement

Publié à 11h38, le 01 septembre 2015 , Modifié à 14h06, le 01 septembre 2015

François de Rugy et Barbara Pompili proposent une répartition des QAG entre les EELV pro et anti-gouvernement
Barbara Pompili et François de Rugy en avril 2014. © Fred Dufour / AFP

PARTAGE - Le départ de François de Rugy d'Europe Ecologie-Les Verts n'a pas que des conséquences pour sa permanence. Car désormais, à l'Assemblée nationale, le groupe EELV a comme co-patron un député qui n'appartient plus au parti. Ce qui est un peu embêtant lorsque celui-ci doit s'exprimer au nom du groupe, censé être en phase avec le mouvement. Du coup, François de Rugy a décidé de proposer une répartition du temps de parole pendant les QAG entre les deux composantes politiques du groupe.

Dans un document consulté par Libération le 31 août, les deux co-présidents du groupe écolo, Barbara Pompili et François de Rugy donc, proposent un "protocole de fonctionnement" afin de garder ce groupe divisé entre les pro et les anti-gouvernement. Et l'idée des deux, dont certains remettent en cause la présidence, est de diviser en parts égales le temps de parole lors des Questions au gouvernement (que vous suivez toutes les semaines sur le Lab, bien sûr) entre les deux lignes politiques. Le quotidien écrit ceci :

"

Les deux présidents préconisent de maintenir l’existence du groupe jusqu’à la fin de la législature en 2017, mais en 'constatant les divergences récurrentes d’appréciation, de stratégie et de vote' de ses membres et en '[actant] que le groupe écologiste est désormais organisé en deux composantes'. Ils proposent donc de 'répartir à parts égales' le temps de parole, comme les questions d’actualité qui, lors des séances du mardi et du mercredi, seront 'posées en alternance stricte par un-e député-e de chaque composante'.

"

Mais ce n'est pas tout. Dans leurs interventions médiatiques, les députés écolos devront également préciser s'ils parlent en leur nom, au nom du groupe écolo ou au nom de la ligne politique qu'ils représentent dans leur groupe. Il est écrit :

"

Ceux-ci seraient priés de 'préciser systématiquement s’ils expriment une position du groupe, une position personnelle ou une position d’une composante du groupe'.

"

Les députés écolos opposés à François de Rugy ne semblent pas hyper chauds à l'idée de signer ce protocole expliquant, en off à Libération, que "habituellement, quand on fait une proposition de fonctionnement de groupe, c’est pour acter la paix, pas pour faire perdurer la guerre". Lui y voit davantage une méthode pour un "fonctionnement régulé".

Compter le temps de parole des députés écolos en fonction de leur ligne politique ? Une bien belle mission pour le CSA en ces temps de campagnes électorales pour les régionales. 





A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Suivez le multiplex politique dominical du 30 août avec Jean-Christophe Cambadélis et François de Rugy

Après François de Rugy, Jean-Vincent Placé quitte à son tour EELV

Du rab sur le Lab

PlusPlus