François Fillon donne quelques noms de clients de sa mystérieuse société de conseil

Publié à 18h17, le 06 février 2017 , Modifié à 18h52, le 06 février 2017

François Fillon donne quelques noms de clients de sa mystérieuse société de conseil
François Fillon lors de sa conférence de presse / opération vérité, lundi 6 février 2017 © Capture d'écran Franceinfo:

Tout, ou presque. François Fillon a voulu montrer qu'il voulait tout dire, car il n'a "rien à cacher" et que tout ce qu'il a fait est "légal". Le candidat à la présidentielle a donné une longue conférence de presse, lundi 6 février, pour faire la "vérité" sur l'affaire des emplois fictifs présumés de son épouse Penelope et de ses enfants. Mais pas seulement. Il a aussi évoqué 2F Conseil, cette société de conseil créée juste avant qu'il ne redevienne député en 2012 et qui lui a assuré de confortables revenus supplémentaires, sans que l'on sache qui en étaient les clients. Or, certains suspectent de possibles conflits d'intérêts, notamment avec des États étrangers et plus particulièrement la Russie.

Jusqu'ici, François Fillon était resté muet à ce sujet, malgré les demandes répétées de certains médias et responsables politiques. Tout juste son fidèle lieutenant Bruno Retailleau avait-il démenti que "l'État russe" ou toute "société russe" se trouve dans la liste de ces clients. Mais pas plus d'informations. Ce lundi, François Fillon est finalement entré dans les détails :

Venons-en à ma société de conseil. J’ai exercé de 2012 à 2016 cette activité en toute légalité. J’ai donné des conférences dans de nombreux pays et j’ai conseillé des entreprises. Parmi elles, il y a l’assureur AXA, la société Fimalac et la banque ODDO.



J’ai fait partie du conseil de surveillance du cabinet Ricol et Lasteyrie, puis j’y ai exercé en tant que senior adviser. La liste de mes clients ne comprend aucune entreprise russe, ni le gouvernement russe, ni aucun organisme de ce pays et toutes les conférences que j’ai données en Russie l’ont été à titre gratuit. 

Son activité auprès de Ricol avait été révélée par Mediapart et Le Monde. Mais tout le reste est nouveau. Et il n'est pas impossible que cet exercice de transparence amène de nouvelles questions.

Car l'assureur AXA était, de mai 2000 au 31 août 2016, présidé parHenri de Castries, grand soutien de François Fillon et (Premier) ministrable en puissance en cas de victoire à la présidentielle. Et comme l'a rapidement repéré le journaliste Pierre Haski, la société Fimalac est pour sa part détenue à 89,78% par Groupe le groupe Marc de Lacharrière, du nom du milliardaire et ami de François Fillon qui possède par ailleurs la Revue des deux mondes. Revue des deux mondes où il est également suspecté que Penelope Fillon ait obtenu un emploi fictif... et dont il n'a étrangement pas été question une seule seconde durant cette conférence de presse.

Du rab sur le Lab

PlusPlus