François Fillon reconnaît avoir raconté n’importe quoi sur l’annonce du "suicide" de sa femme "sur des chaînes de télévision"

Publié à 09h53, le 13 mars 2017 , Modifié à 09h53, le 13 mars 2017

François Fillon reconnaît avoir raconté n’importe quoi sur l’annonce du "suicide" de sa femme "sur des chaînes de télévision"
François Fillon. © Capture d'écran Europe 1.

Un peu plus d’une semaine plus tard, François Fillon fait un aveu : oui, il a dit n’importe quoi à la télévision sur le supposé suicide de sa femme annoncé, disait-il, "sur des chaînes de télévision" - ce qui était faux. Se défendant, ce lundi 13 mars sur Europe 1, de diffuser des "fake news" à la façon de Donald Trump, le candidat de la droite à la présidentielle a rejeté la faute sur – devinez qui - les réseaux sociaux :

J’ai peut-être été… Ce sont les réseaux sociaux.

Il poursuit :

C’est ma fille qui a découvert sur les réseaux sociaux qu’une ambulance était devant la maison de sa mère pour l’emmener parce qu’elle avait fait une tentative de suicide. Vous pensez que, quand on entend une nouvelle comme celle-là, on est dans une stratégie de campagne ?

Pourtant, au JT de 20 heures de France 2, le 5 mars, François Fillon avait assuré, à tort donc, qu’on avait "annoncé le suicide de [sa] femme mercredi matin sur des chaînes de télévision". Du fake news typique. "Et alors ?", avait répondu le bras droit de François Fillon, Bruno Retailleau, assumant totalement l’intox de son champion et accusant, lui aussi "les réseaux Internet" (sic).

Sauf que là aussi, l’accusation portée contre les réseaux sociaux est exagérée. Seule une poignée de tweets mentionnait le "suicide" de Penelope Fillon. Difficile, dès lors, de dire que "les réseaux internet" (sic) en étaient pleins, comme l’a assuré Bruno Retailleau.

Fake news toujours, François Fillon a aussi été interrogé sur une histoire de lames de rasoir et de jupes courtes dont il semble le seul à se souvenir. Et, encore pour se défendre de toute volonté de manipuler la vérité et l’information, François Fillon s’est gentiment contredit lui-même.

"C’était une lettre que j’ai reçue d’une jeune fille. C’est pas une fake news. D’ailleurs, c’est pas dans le Vaucluse. Où est-ce que vous avez vu que c’était dans le Vaucluse ?" s’énerve-t-il ce lundi sur Europe 1. Pourtant, le 8 mars dernier (il n’y a pas une éternité donc), François Fillon expliquait – et la séquence était filmée :

Je me souviens, lorsque j'étais Premier ministre, avoir un jour reçu une lettre d'une jeune fille qui habitait dans le Vaucluse.

¯\_(ツ)_/¯

Du rab sur le Lab

PlusPlus