François Hollande dit "se méfier" de Manuel Valls pour 2017

Publié à 12h44, le 06 octobre 2016 , Modifié à 12h44, le 06 octobre 2016

François Hollande dit "se méfier" de Manuel Valls pour 2017
Manuel Valls et François Hollande. © AFP

Ira ? Ira pas ? La question pour la présidentielle de 2017 ne se pose pas uniquement pour François Hollande. Elle se pose aussi pour Manuel Valls, dont on sent l’envie d’en découdre au cas où François Hollande n’irait pas. Réponse en décembre pour la chef de l’Etat.

D’ici là, le Premier ministre tente de reprendre la main sur la "modernité" de gauche, dépassé sur ce créneau de centre-gauche par un Emmanuel Macron à qui il rend coup pour coup et dont les intentions se font de plus en plus claires. Entre des déplacements tous azimuts et des tribunes sur Facebook pour expliquer qu’il a beau être chef du gouvernement mais qu'il garde quand même sa liberté, Manuel Valls se tient prêt. Au cas où donc. Ce que n’a pas manqué de remarquer François Hollande.

Selon Le Monde de ce jeudi 6 octobre, François Hollande s’est ainsi épanché auprès de "certains de ses visiteurs" sur les velléités de son Premier ministre qui assure jusqu’ici que son destin est lié à celui du Président. Et François Hollande de mettre en garde :

"

Il faut que je me méfie.

"

La stratégie "d’empêchement" d’Emmanuel Macron, pariant, comme ses partisans, sur une non-candidature de François Hollande servirait-elle aussi Manuel Valls ?

Autre signe, le 1er octobre. En déplacement avec le hollandais historique Jean-Yves Le Drian sur l’île de Groix, Manuel Valls avait lancé qu’il maintenait son cap, à savoir "le grand large". Une sortie sibylline qui faisait suite à ses confidences au JDD où il voulait se montrer patient. "Ça viendra", disait-il quant à ses ambitions élyséennes alors que certains de ses proches espèrent un renoncement du chef de l’Etat pour lui ouvrir la route. Qui passerait pas une délicate primaire du PS.

Du rab sur le Lab

PlusPlus