François Hollande : "Si je n’arrive pas à battre Montebourg, comment battre Juppé ou Sarkozy ?"

Publié à 21h55, le 21 juin 2016 , Modifié à 21h55, le 21 juin 2016

François Hollande : "Si je n’arrive pas à battre Montebourg, comment battre Juppé ou Sarkozy ?"
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le Parti socialiste organisera une primaire de la Belle alliance populaire (PS, PRG, UDE) les 22 et 29 janvier 2017, sans le PCF ni EELV. Si François Hollande souhaite briguer un second mandat, il devra donc passer par la case primaire.

Il ne fait aucun doute que le président a donné son aval à l’organisation de ce scrutin, dans lequel il trouve son compte. Le Canard enchaîné du 22 juin rapporte des propos tenus par le chef de l’Etat devant ses conseillers, le 20 juin, qui vont dans ce sens :

 

"

Finalement, cette primaire, ça m’arrange ! Elle va me permettre de me relancer fin février.

"

François Hollande envisage donc 1) de se présenter à la primaire, ce qu’il déclarera officiellement en décembre et 2) de la gagner. A en croire le chef de l’Etat, cette élection interne aux partis de gouvernement constituera un tremplin pour le scrutin présidentiel de 2017. Le président ajoute, avec un brin de lucidité :

 

"

Si je n’arrive pas à battre Montebourg ou Hamon, comment pourrais-je espérer battre Juppé ou Sarkozy ?

"

Très affaibli dans les sondages, le président pourrait ainsi se relégitimer en remportant la primaire. Pour cela, il compte sur le potentiel soutien de Martine Aubry, qui déteste Arnaud Montebourg, troisième homme de la primaire socialiste de 2011 avec 17,19 %. Mais il y a une pointe d’ironie dans cette question rhétorique puisque, dans la tête de François Hollande, le scénario de la défaite à la primaire n’est pas envisagé.

Le premier sondage (Elabe, pour BFMTV) donne François Hollande en tête des intentions de vote avec 32 %, devant le ministre de l'Economie Emmanuel Macron (26%) et l'ex-ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg (17%).

 

[BONUS TRACK]

Alors que Les Républicains dénoncent une primaire "taillée sur mesure" pour François Hollande, le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, toujours cité par le palmipède, a estimé que ce n’était pas faux :

 

"

Il n’est pas faux de dire qu’il s’agit d’une primaire taillée sur mesure pour Hollande, mais personne ne peut nous le reprocher, puisque le PC et les Verts de Duflot ont refusé de participer à une primaire où figurerait le président sortant.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus