François Hollande voit en Alain Juppé "un homme pas très sympathique"

Publié à 13h22, le 09 mars 2016 , Modifié à 13h24, le 09 mars 2016

François Hollande voit en Alain Juppé "un homme pas très sympathique"
François Hollande, plutôt circonspect quant à la chaleur humaine dégagée par la personne d'Alain Juppé © Montage Le Lab via AFP

PAS GENTIL - François Hollande a-t-il un lien de parenté avec l'homme le plus classe du monde ? On pose la question. Le chef de l'État partage en tout cas certaines expressions avec le légendaire Georges Abitbol, en l'occurrence son très dédaigneux "tu n'es vraiment pas très sympa".

Il faut dire qu'en tant que "monsieur petites blagues", François Hollande n'est pas le plus mal placé pour distribuer des brevets de sympathie. Mais malgré ses efforts pour faire oublier le Premier ministre "droit dans ses bottes", le maire de Bordeaux n'a visiblement pas convaincu cet expert du contact humain.

Ainsi le président raille-t-il, selon des propos rapportés par Le Point mercredi 9 mars, le caractère un peu frisquet (et l'orientation "libérale") du candidat à la primaire :

 

"

Le masque d'Alain Juppé va tomber tôt ou tard quand les Français s'apercevront qu'il est le même qu'en 1986, le même qu'en 1995. À savoir, un homme pas très sympathique qui veut administrer au pays une potion libérale.

"

Alain Juppé ne serait donc pas gentil. Pas assez, en tout cas, pour séduire les Français. Et dire que même Bernadette Chirac n'est pas aussi sévère, elle qui considère que le fils spirituel de son mari est "un petit peu froid mais ça, ça se corrige"...

Alors certes, on a vu plus agréable que les commentaires de l'ex-Premier ministre, sur François Hollande. Il a notamment développé la manie *d'oublier* opportunément le nom du président, ce qui fait généralement bien rigoler son auditoire.

Mais cela n'a peut-être rien à voir. On ignore par ailleurs si le train des injures de François Hollande roule sur le rail de l'indifférence d'Alain Juppé. Ce n'est, quoi qu'il en soit, pas la première fois que ce dernier fait l'objet des remarques acerbes du premier en privé. Cité par Le Monde début janvier, alors que la gauche s'étonnait de la "droitisation" du maire de Bordeaux à la faveur de ses propositions en matière de sécurité et d'immigration, le chef de l'État ironisait :

 

"

Les socialistes vont peut-être découvrir qu’Alain Juppé est à droite.

"

Et bien sûr, on ne vous laisse pas partir sans ce petit cadeau :



Du rab sur le Lab

PlusPlus