"Good luck" et "good news" : les politiques français souhaitent bonne chance à Hillary Clinton pour la présidentielle américaine

Publié à 06h49, le 13 avril 2015 , Modifié à 21h40, le 13 avril 2015

"Good luck" et "good news" : les politiques français souhaitent bonne chance à Hillary Clinton pour la présidentielle américaine
Nicolas Sarkozy et Hillary Clinton, le 14 mars 2011 © ERIC FEFERBERG / AFP

C’est l’autre info dans le sillage de l’officialisation de la candidature d’Hillary Clinton pour la présidentielle américaine de 2016 : nos chers politiques parlent anglais (ou mieux qu’on ne le pense).

Quelques heures après l’annonce par l’ex-Première dame dimanche 12 avril de son intention d’obtenir l’investiture démocrate pour la course à la maison blanche, les messages d’encouragement et de félicitations ont afflué sur les réseaux sociaux. À gauche surtout, mais aussi à droite. Passage en revue.

À tout seigneur, tout honneur, Manuel Valls a dégainé parmi les premiers sur Twitter, souhaitant bonne chance dans la langue de Shakespeare à l’ancienne chef de la diplomatie américaine et rediffusant sa vidéo de lancement de campagne :


Une vingtaine de minutes plus tard, Nicolas Sarkozy a fait de même pour celle que l’ex-président côtoya comme secrétaire d’Etat :


De quoi clouer le bec à Jean-Christophe Cambadélis, le patron du PS pour qui Nicolas Sarkozy souhaite rebaptiser l'UMP en "Les Républicains" par fascination pour George Bush et la droite américaine ?

Court mais efficace message de félicitations pour Marisol Touraine, la ministre de la Santé :


Tout le contraire de Christiane Taubira. Fidèle à ses habitudes, la garde des Sceaux s'est faite lyrique :


Traduction : "Hillary Clinton dans la course, bonne nouvelle ! Que de bons vents soufflent dans tes voiles et te donnent des ailes". "Accroche toi à tes rêves", a également ajouté la ministre de la Justice, citant le poète afro-américain Langston Hughes.

Bruno Le Maire, lui, a choisi de casser un peu l'ambiance. Sur le plateau de Tous Politiques sur France Inter dimanche soir, le député de l'Eure et candidat à la primaire UMP a mis en garde :

"

Hillary Clinton est effectivement la grande favorite de prochaine élection présidentielle aux Etats-Unis, mais l’Histoire montre que ce n’est pas toujours le favori qui gagne.

"

Vous la voyez, la grosse allusion à sa propre personne ?

Mais qu'Hillary se console, Claude Bartolone lui est tout acquis, lui. C'est à une véritable déclaration que s'est livré le président de l'Assemblée nationale dans C Politique, sur France 5 :

 

"

C’est une très bonne nouvelle.  Je l’ai déjà croisée, elle a un parcours incroyable et je pense qu’elle pourrait protéger les Etats-Unis avec toutes les conséquences bénéfiques que ça aurait sur le reste du monde de la dérive républicaine qui existe aux Etats-Unis.

"

"Oui", il a déjà choisi sa candidate, a confirmé Claude Bartolone à la journaliste Caroline Roux.

Du rab sur le Lab

PlusPlus