Grèce : Valls explique que contrairement à Sarkozy, Hollande "s'est hissé au niveau de l'Histoire"

Publié à 12h18, le 13 juillet 2015 , Modifié à 12h59, le 13 juillet 2015

Grèce : Valls explique que contrairement à Sarkozy, Hollande "s'est hissé au niveau de l'Histoire"
© Captures d'écran BFMTV

D'après certains chez Les Républicains, Nicolas Sarkozy n'est pas complètement étranger à l'obtention d'un accord entre la Grèce et les chefs d'État et de gouvernement de la zone euro. Ce n'est évidemment pas tout à fait l'avis de Manuel Valls, qui a déjà accusé l'ancien chef de l'État d'avoir manqué de patriotisme par ses attaques contre François Hollande, au beau milieu de négociations tendues entre Athènes et ses créanciers. Sans le dire explicitement, Manuel Valls explique même que le chef de l'opposition française n'a pas été au niveau.

Sur BFMTV à la mi-journée, Manuel Valls se refuse à parler de "victoire personnelle de François Hollande" sur le dossier grec, saluant la "position constante, cohérente" de la France. Interrogé sur la sortie de Nicolas Sarkozy, il dit ne pas vouloir "polémiquer" mais ajoute :

 

"

Le rôle d'un dirigeant politique dans ces moments-là, surtout quand on a été président de la République, c'est de se hisser au niveau du moment.

"

Faut-il comprendre que cela n'a pas été le cas ? Il le dit tout en évitant soigneusement de le dire :

 

"

François Hollande, lui, le président de la République, s'est hissé au niveau de l'Histoire

"

Et le chef du gouvernement de louer la "méthode très intelligente, très fine de François Hollande". "C'est un grand président de la République", a encore affirmé Manuel Valls.

[BONUS TRACK] Tu étais formidable

S'il n'a donc pas franchement apprécié le rôle joué par le prédécesseur de François Hollande, Manuel Valls a en revanche beaucoup d'admiration pour le travail de son ministre des Finances. Sur BFMTV, le Premier ministre l'a qualifié par deux fois de "formidable" :

 

"

Michel Sapin a joué un rôle vraiment formidable dans toutes ces discussions et je veux le saluer parce que c'est un formidable ministre des Finances qui a pleinement réalisé et joué sa mission à l'Eurogroupe et ce n'était pas facile, et il a contribué à ce succès.

"

Ce qui nous fait évidemment penser à ceci :



En première ligne pour la France dans ces négociations, Michel Sapin avait déjà été salué par son patron à l'Assemblée nationale la semaine dernière. 

Dans Le Figaro ce 13 juillet, Michel Sapin est cité dans des termes un tantinet énervés au cours d'une de ces fameues réunions avec l'Eurogroupe :

 

"

Maintenant, on va se dire les choses. Il faut arrêter de penser chacun à soi, à son opinion publique, à son Parlement… Pensons à l'Europe !

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus