Grexit : François Hollande, coach d’Alexis Tsipras pour trouver une issue à la crise grecque

Publié à 10h59, le 11 juillet 2015 , Modifié à 11h32, le 11 juillet 2015

Grexit : François Hollande, coach d’Alexis Tsipras pour trouver une issue à la crise grecque
© MARTIN BUREAU / AFP

LE COACH - L’œil du cyclone de la crise grecque s’éloigne. Après le référendum, Alexis Tsipras a fait de nouvelles propositions à l’Europe, validées par son propre Parlement, ce 11 juilet. Des propositions accueillies favorablement par l’eurogroupe et les créanciers de l’Etat grec. De quoi voir bientôt une sortie de crise ?

Accusé d’inertie et d’une trop grande discrétion dans cette crise qui a mené l’Europe au bord de la crise de sa monnaie unique, François Hollande espère sortir pourtant renforcé de cette séquence, sur laquelle il devrait insister lors de son allocution télévisée du 14 juillet. Et lui comme son entourage communiquent sur le fait qu’il a été le "coach personnel" d’Alexis Tsipras, son guide dans l'obscurité permettant d’obtenir un compromis qui pourrait satisfaire tout le monde. De l’art de la synthèse "hollandaise" appliquée au niveau européen.

L’Elysée a ainsi fait savoir que François Hollande était resté plus que mobilisé sur ce dossier, enchaînant les coups de fils et les rencontres tant avec Angela Merkel qu’avec le Premier ministre grec. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a annulé un déplacement à Avignon. Ainsi, un proche de François Hollande confie, dans Libération de ce samedi 11 juillet :

"

L’idée n’était pas de lui tenir la plume ou de lu inspirer telle réforme plutôt que telle autre, mais de le prévenir de ce qui est politiquement acceptable ou non par les autres pays européens.

"

"Je lui ai dit dès mardi qu’il ne fallait pas qu’il essaie de chercher une majorité au sein du conseil européen, mais un consensus", a confié François Hollande à l’un de ses conseillers, toujours selon Libé.

Au Figaro de ce samedi, un "proche du dossier" ne dit pas autre chose, louant l’influence du président français sur son homologue grec. "Tsipras était dans un moment politique compliqué, il souhaitait demander conseil à Hollande sur la manière de le gérer", explique au quotidien cette source anonyme. Et un conseiller élysée de formaliser cette idée du "coach Hollande" :

"

Le président a eu un rôle de sparring partner.

"

Mais il n’y a pas que François Hollande qui a donné un coup de main aux Grecs pour éviter qu’ils ne sortent de l’euro et de l’Union européenne. Ainsi, comme le montraient les informations du Monde et du Guardian, relayées par FranceTvinfo, la France a discrètement aidé la Grèce à rédiger ses propositions. Ainsi "des hauts fonctionnaires français auraient discrètement participé à l'élaboration des propositions d'Athènes, examinées samedi par l'Eurogroupe pour débloquer une nouvelle aide financière".

Reste maintenant à voir si les créanciers de la Grèce, et notamment l’Allemagne, accepteront le nouveau plan d’aide qui est aujourd’hui sur la table des négociations.

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Photo de Hollande après le référendum grec : 5 détails qui vous avaient échappé

> Grexit : le revirement de Nicolas Sarkozy 

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Grèce : le Parlement grec dit "oui" aux propositions de Tsipras

> Grèce : Tsipras a-t-il trahi ses électeurs ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus