Grexit : les écolos Cécile Duflot et François de Rugy en stéréo pour soutenir François Hollande face à Angela Merkel

Publié à 16h41, le 12 juillet 2015 , Modifié à 16h43, le 12 juillet 2015

Grexit : les écolos Cécile Duflot et François de Rugy en stéréo pour soutenir François Hollande face à Angela Merkel
© Images AFP.

#SOUTINE - Le sort de la Grèce au sein de la zone euro n’est pas encore décidé. Les tractations, "dures", selon les mots d’Angela Merkel, se poursuivent à Bruxelles ce dimanche 12 juillet. D’emblée, François Hollande et la chancelière allemande ont étalé leurs divergences sur la question. Un accord "à tout prix", a déclaré le président français quand Angela Merkel affirme qu’il n’y aura "pas d’accord à n’importe quel prix".

Dans ce duel que se livrent les deux dirigeants, les écolos, qui dénoncent "l’hypothèse absurde d’une sortie temporaire" de l’euro, ont aussitôt pris fait et cause, en stéréo, pour François Hollande. Fait rare ces derniers temps, Cécile Duflot et François de Rugy (qui estimait en mars que Cécile Duflot signait "un peu l'acte de décès d'EELV") sont exactement sur la même longueur d’onde pour soutenir la position française.

Pour l’ancienne ministre du Logement, opposée fermement à une sortie de la Grèce de l’eurozone (le Grexit), François Hollande tient dans ses mains "un bout d’Histoire". Sous-entendu, elle l’enjoint à ne pas céder face à l’Allemagne :

Une Cécile Duflot qui a également lancé à Angela Merkel, en français, en allemand et en anglais :

 

"

Maintenant ça suffit.

"

Quant à François de Rugy, le coprésident des députés écolos, il se réjouit de l’action de François Hollande dans cette crise grecque, assurant que ce dernier se place dans les pas de Delors, Mitterrand et Kohl, qui ont mené la construction européenne :

Les dirigeants de la zone euro devaient décider dimanche à Bruxelles du sort de la Grèce et s'affrontaient entre ceux qui ne veulent pas d'un accord à tout prix et ceux qui refusent au contraire une sortie de la Grèce de l'union monétaire, symbole pour eux d'un échec du projet européen.

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> L'Elysée communique sur Hollande, "coach personnel" de Tsipras

 

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Grèce : qui rechigne face au nouveau plan de Tsipras ?

> Tsipras a-t-il vraiment "trahi son peuple" ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus