Hamon demande à Hollande de recadrer Valls pour "sa dérive sur les questions identitaires"

Publié à 08h29, le 26 août 2016 , Modifié à 08h29, le 26 août 2016

Hamon demande à Hollande de recadrer Valls pour "sa dérive sur les questions identitaires"
Benoît Hamon. © AFP

Le débat sur le burkini n’en finit plus de diviser. Surtout la gauche. Et jusqu’au gouvernement puisque Najat Vallaud-Belkacem et Marisol Touraine, notamment, se sont opposées à Manuel Valls qui a soutenu les arrêtés municipaux interdisant le port de cette tenue polémique. 

Pour Benoît Hamon, il est temps que François Hollande siffle la fin de la récréation et recadre Manuel Valls.

Invité de RTL ce vendredi 26 août, le candidat déclaré à la primaire du PS pour 2017 - qui n’est "pas opposé au port du burkini" même si cela "ne (lui) plaît pas" - demande au chef de l’Etat de se montrer un peu plus ferme sur la question. Et particulièrement envers Manuel Valls :

"

Jusqu’où va-t-on aller dans la stigmatisation des musulmans français dès lors qu’ils montrent qu’ils appartiennent à une religion ? Jusqu’où va-t-on aller dans le silence du président de la République ? J’aimerais que sur ces questions, quand on a une telle tension, que le gouvernement explose sur cette question parce que le Premier ministre a choisi d’aller trop loin dans le fait de suivre Nicolas Sarkozy qui lui suit Marine Le Pen, j’aimerais que le président de la République sorte de son silence.

"

Alors que le Conseil d'État rendra ce vendredi sa décision sur la légalité d'un arrêté anti-burkini, tranchant un débat qui enflamme la France depuis plusieurs jours, François Hollande, s'exprimant pour la première fois sur le sujet, a appelé à ne céder ni à la "provocation" ni à la "stigmatisation". "Ça veut dire ni-ni", fulmine Benoît Hamon pour qui "chacun comprend ce qu’il veut" dans la prise de position de François Hollande.

Et l’ancien bref ministre de l’Education nationale de poursuivre sa diatribe contre la communication du couple exécutif :

"

J’attends qu’il mette un terme à cette dérive de plus en plus forte du Premier ministre sur ces questions identitaires. J’ai l’impression que le Premier ministre est moins à l’aise sur les questions sociales depuis la loi El Khomri, qu’on parle beaucoup de la question identitaire.

"

Dénonçant des "arrêtés absurdes qui ridiculisent la France parce que sur un vêtement on est en train de stigmatiser toute une population", Benoît Hamon estime encore que François Hollande "doit mettre un terme à une dérive qui conduit le gouvernement à s’éloigner de plus en plus des grands principes républicains mais surtout de la tradition historique de la gauche".

Du rab sur le Lab

PlusPlus