Harcèlement : Nadine Morano revendique le droit d'être "opportunée" (sic) parce que "ça peut déboucher sur de belles histoires"

Publié à 13h00, le 10 janvier 2018 , Modifié à 10h38, le 15 janvier 2018

Harcèlement : Nadine Morano revendique le droit d'être "opportunée" (sic) parce que "ça peut déboucher sur de belles histoires"
Nadine Morano © Capture d'écran Facebook

On ne lui a sans doute pas proposé mais Nadine Morano aurait volontiers signé la tribune publiée mardi 9 janvier par Le Monde et intitulée "Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle".

L'eurodéputée LR aurait volontiers signé cette tribune. Et pour cause : elle pense exactement la même chose. Comme les co-signataires, Nadine Morano a un peu peur que l'on ne puisse plus rien dire ou pire, que des relations meurent avant d'avoir existé parce qu'un homme n'osera plus frotter frénétiquement son sexe contre une passagère dans le métro, poser ses mains sur les fesses d'une collègue de travail ou insister de manière lourdingue et répétitive pour obtenir un rendez-vous.

Invitée de RMC ce mercredi, l'élue LR insiste sur un point : elle est "évidemment favorable aux droits des femmes, à la protection des femmes, à la lutte contre les violences faites aux femmes". Mais quand même, voir les noms de certains hommes jetés en pâture, ça la gêne. Elle dit :

Au regard de mon grand âge, j'ai eu droit à tout : j'ai eu droit à la drague romantique, j'ai eu droit à des blagues lourdingues, j'ai eu droit à être opportunée (sic). J'ai eu droit à des agressions, pas jusqu'au niveau où il faudrait aller déposer plainte puisque j'ai remis la personne à sa place mais j'ai été, oui, opportunée (re-sic) mais opportunée (re-re-sic) d'une manière telle que, à un moment, ça peut aussi engendrer des belles histoires.  

 

Devant tant de propos quelque peu abscons, on s'apprêtait à fact checker la parole de Nadine Morano. Mais nul besoin, l'eurodéputée fait le travail à notre place et poursuit :

 

Vous pouvez très bien être importunée (voilà, c'était ça le bon terme, NDLR) par quelqu'un de manière répétitive. Au final vous pouvez aller prendre un café avec et puis hop, une histoire commence. Donc toutes les situations sont différentes, toutes les personnes sont différentes. À la clé, au final, c'est le consentement la clé.

Et Nadine Morano d'estimer que l'on mélange tout, entre les agresseurs sexuels, les violeurs et les dragueurs qui peuvent lancer des blagues potaches voire harceler pour certains. Elle parle notamment du cas du journaliste Frédéric Haziza, qui retrouvera jeudi l'antenne de LCP, un mois et demi après avoir été suspendu après une plainte d'une journaliste de la chaîne, Astrid de Villaines, pour une agression sexuelle supposée survenue en 2014. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris.

Nadine Morano ne parle pas d'agressions sexuelles mais de "blagues potaches" de la part du journaliste :

J'ai vécu ses blagues de potaches, ses blagues quelques fois un peu lourdingues mais bon, souvent toujours drôles. Et de là à le voir jeté en pâture comme un violeur sexuel (sic) comme j'ai pu le lire sur les réseaux sociaux, je trouve ça dégueulasse.

 

Frédéric Haziza est accusé d'agression sexuelle par la journaliste Astrid de Villaines. Fin novembre, elle a déposé plainte, racontant comment le journaliste lui avait "pincé la fesse" dans un coin isolé de la rédaction. "Je lui ai redemandé de libérer le passage, mais monsieur Haziza a insisté pour que je passe devant lui, sans qu'il ne bouge du passage. Je suis donc passée devant lui, face à face. Monsieur Haziza a alors tendu son bras droit, autour de ma taille. Sa main s'est alors retrouvée au niveau de mes fesses, côté gauche, en l'appuyant fortement. Dans le même temps, monsieur Haziza m'a pincé la fesse gauche", racontait-elle dans sa plainte qu'avait pu, à l'époque, consulter BuzzFeed. Elle assurait également avoir fait  l’objet de "gestes ou d’allusions plus ou moins déplacés" de la part du présentateur depuis plusieurs années, à savoir "qu'il me frôlait le haut de ma poitrine avec ses mains et qu'il me déclarait que mes hauts de vêtements m'allaient bien, tout en fixant ma poitrine".

On est donc loin de la "blague potache". 

[Edit 15 janvier] Droit de réponse de Frédéric Haziza

"Je regrette que vous n'ayez pas cru devoir recueillir ma position dans votre article du 10 janvier 2018, intitulé 'Harcèlement : Nadine Morano revendique le droit d'être opportunée (sic) parce que 'ça peut déboucher sur de belles histoires'', dans lequel je suis mis en cause. 

Je conteste en effet la version des faits telle qu'elle ressort de la plainte déposée par Astrid de Villaines en novembre 2017. Version, qui diffère d'ailleurs de celle qu'elle a donnée en novembre 2014. Je relève qu'à cette date, elle avait choisi de ne pas déposer plainte pénale et avait accepté la sanction disciplinaire d'avertissement qui avait été décidée par la direction de la chaîne LCP." 

Du rab sur le Lab

PlusPlus