Henri Guaino annonce lui aussi sa candidature à la primaire de la droite

Publié à 08h03, le 13 juin 2016 , Modifié à 08h28, le 13 juin 2016

Henri Guaino annonce lui aussi sa candidature à la primaire de la droite
Henri Guaino © AFP

Et un candidat de plus à la primaire de la droite. Encore un. Il avait régulièrement menacé de se lancer, lui aussi, dans la course à l'investiture de la droite pour 2017. C'est chose faite. Ce lundi 13 juin, sur France Inter, Henri Guaino a ainsi annoncé sa candidature à la primaire de la droite. "Est-ce que vous savez qui vous allez soutenir ?" lui demande Léa Salamé avant que sa réponse amusée ne fuse :

Moi-même (rires). (...) J’ai beaucoup réfléchi. J’ai pris mon temps. Et je me suis dit que je ne pouvais pas rester les bras croisés devant la manière dont tourne le débat. (...) Il est normal qu’il y ait beaucoup de candidats. Cette primaire ne peut pas être le moyen de départager trois ou quatre notables de la politique.

S'il y va, alors qu'il critiquait le processus de la primaire, c'est parce qu'Henri Guaino ne retrouve aucune candidature "gaulliste" dans le panel des prétendants. Et d'en profiter pour dézinguer le FN, cette "parodie du gaullisme" :

 

Il ne reste plus que les centristes et les libéraux. Il n’y a plus de gaullistes. Et ce vide il se comble par les extrêmes, par une parodie du gaullisme. 

L'ancienne plume élyséenne de Nicolas Sarkozy se lance donc aujourd'hui dans la recherche des parrainages pour concourir à ce scrutin interne à la droite. S'il n'y arrive pas, il menace de se lancer en solo et directement à la présidentielle. "Si je n'ai pas les 20 parrainages de parlementaires, je me présenterai directement à la présidentielle", prévient le député LR des Yvelines en forme de chantage.

"Il manque sur l'échiquier politique cette famille qui s'appelle le Gaullisme", répète encore Henri Guaino pour justifier sa volonté d'en découdre, lui qui est le douzième candidat déclaré à la primaire organisée par Les Républicains (20-27 novembre), sans compter Nicolas Sarkozy qui devrait annoncer sa décision au cours de l'été.

Ancien commissaire général au Plan (1995-1998), conseiller de Philippe Seguin puis de Charles Pasqua, Henri Guaino (59 ans) fut pendant cinq ans, de 2007 à 2012, le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy dont il a rédigé de nombreux discours. Il a été élu en 2012 député des Yvelines.

La primaire de la droite (20-27 novembre) compte désormais douze candidats déclarés, dont Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé, Nadine Morano, Hervé Mariton, Frédéric Lefebvre, Jacques Myard, Geoffroy Didier et Jean-Frédéric Poisson.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus