En annonçant qu'il votera Macron, Nicolas Sarkozy jure qu’il ne reviendra pas en "politique active" (sauf si)

Publié à 13h15, le 26 avril 2017 , Modifié à 13h29, le 26 avril 2017

En annonçant qu'il votera Macron, Nicolas Sarkozy jure qu’il ne reviendra pas en "politique active" (sauf si)
Nicolas Sarkozy. © AFP

"Je voterai au second tour de l’élection présidentielle pour Emmanuel Macron." C'est limpide. Nicolas Sarkozy n'a pas voulu laisser planer de doute sur son choix. Dans un message publié sur Twitter et Facebook ce mercredi 26 avril, Nicolas Sarkozy prend moins de pincettes que certains à LR pour dire qu’il mettra bien un bulletin Macron dans l’urne lors du second tour de l’élection présidentielle face à Marine Le Pen. Un vote qui ne vaut pas "soutien", précise bien l’ancien chef de l’Etat après la défaite de François Fillon dès le premier tour, qui "considère que l’élection de Marine Le Pen et la mise en œuvre de son projet entraîneraient des conséquences très graves pour notre pays et pour les Français".

Mais surtout, Nicolas Sarkozy en profite pour clore les rumeurs d’un éventuel retour en politique pour rassembler - comme le lui avait demandé Daniel Fasquelle - une famille LR fracturée et au bord de l'implosion. Celui qui a mis fin, une seconde fois, à sa carrière politique "active" après sa défaite au premier tour de la primaire de la droite, écrit :

J’ai décidé il y a quelques mois de me retirer de la vie politique active. Je n’ai pas l’intention de revenir sur ce choix mais, au regard de la situation exceptionnelle à laquelle nous devons faire face, j’appelle tous les responsables de la droite et du centre au rassemblement des énergies, des talents et des compétences.

Mais il y a un fort sous-entendu. Ce petit "mais" laisse penser que Nicolas Sarkozy pourrait pourtant revenir sur sa décision si le rassemblement qu'il appelle de ses vœux n'arrive pas. Et peut-être selon l'état de la droite après les élections législatives.

Son choix pour Emmanuel Macron est en revanche clair. Pourtant, si la plupart des cadres majeurs, François Fillon le premier, ont rapidement et sans réserve appelé à voter nommément pour le candidat d'En Marche !, certains ont expliqué seulement vouloir "faire battre l'extrême droite" quand d'autres, minoritaires, se sont refusés à toute forme de front républicain voire ont annoncé vouloir carrément voter Le Pen.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus