Inattendu : Valérie Trierweiler vole au secours de François Hollande au sujet de son coiffeur

Publié à 18h23, le 13 juillet 2016 , Modifié à 18h29, le 13 juillet 2016

Inattendu : Valérie Trierweiler vole au secours de François Hollande au sujet de son coiffeur
François Hollande et Valérie Trierweiler en avril 2014. © BERTRAND LANGLOIS / AFP

HEY, WHAT DID YOU EXPECT ? - Elle est à l'origine de l'un des moments les plus compliqués du quinquennat de François Hollande. Avec son livre Merci pour ce moment, Valérie Trierweiler avait allumé une série de polémiques dont le chef de l'État a eu du mal à se sortir, notamment puisqu'elle y affirmait que l'intéressé surnomme les gens pauvres "les sans-dents". Depuis, l'ex-compagne du Président se rappelle régulièrement à ses *bons souvenirs*, par des publications provocatrices sur les réseaux sociaux (voir ici ou ). Mais pas cette fois.

Non, ce mercredi 13 juillet, l'ancienne Première dame monte au contraire au créneau pour défendre François Hollande. L'objet de la polémique : le coiffeur présidentiel, payé 9.895 euros brut mensuels par l'Élysée, et ce pour un service réalisé 24 heures sur 24. Les critiques fusent contre ce Président qui, alors candidat, avait promis d'être "exemplaire" et a imposé une politique de réduction d'économies que d'aucuns qualifient d'"austéritaire". Injuste, selon Valérie Trierweiler, qui s'est une fois de plus servi de Twitter pour faire entendre sa voix :

Selon elle, le chef de l'État n'était donc "pas au courant" du montant de la rémunération de son coiffeur - digne d'un ministre - au moment où il a été embauché. Il aurait même laissé éclater "sa colère" en l'apprenant. Mais si elle s'exprime en faveur de la défense de François Hollande, la journaliste de Paris Match en profite aussi pour défendre son propre cas, assurant ne pas être responsable de l'embauche du fameux tifeur :

#



À LIRE SUR LE LAB :

"I'm too sexy for my ex" : la petite "joke" nocturne de Valérie Trierweiler

Valérie Trierweiler estime que la "gauche est de retour" avec l’annonce de la création d’un camp humanitaire de réfugiés à Paris

Du rab sur le Lab

PlusPlus