INFO LAB – François Hollande s’excuse auprès de la Cour des comptes après ses moqueries

Publié à 12h51, le 22 mars 2017 , Modifié à 13h01, le 22 mars 2017

INFO LAB – François Hollande s’excuse auprès de la Cour des comptes après ses moqueries
François Hollande © AFP

INFO LAB – La blague n’est visiblement pas passée et aujourd’hui, François Hollande le regrette. Après s’être moqué du faible temps de travail des magistrats de la Cour des comptes, le Président, ancien auditeur de cette institution, a présenté ses excuses aux intéressés.

Le 20 mars, François Hollande a ainsi écrit à Didier Migaud, Premier Président de la Cour des comptes et ancien élu socialiste qui lui avait fait part de son courroux après ces petites piques présidentielles, pour dire tout le bien qu’il pense des magistrats de la rue Cambon. Dans cette lettre que le Lab s’est procurée, François Hollande brosse la Cour dans le sens du poil :

Soyez convaincu que j’ai pour la Cour des comptes le plus grand respect. Je m’honore d’en être membre depuis ma sortie de l’Ena en 1980. Je sais l’importance et le dévouement des magistrats qui composent cette grande institution de la République.

Il poursuit :

Je mesure, à chaque rapport de la Cour, la qualité de ses observations, la perspicacité et de ses analyses et le haut niveau de ses conclusions sur les politiques publiques. La Cour s’est également modernisée au point qu’elle est une référence pour nos administrations.

Voici la lettre en question :

Ces excuses interviennent alors que le 14 mars, Le Figaro relatait les propos tenus par François Hollande fin février à l’Elysée. Le chef de l’Etat s’était alors laissé aller à quelques moqueries envers cette juridiction financière, raillant le faible temps de travail de ses magistrats. "Je l’ai choisie après l’Ena pour pouvoir trouver le temps de faire de la politique", avait lancé François "Petites blagues" Hollande, avant d’ajouter :

 

D’ailleurs, les membres y sont deux par bureau, pour que chaque personne puisse vérifier que l’autre n’est pas en train de dormir.

Cette séquence rappelle celle de fin 2016 quand, après avoir violemment critiqué les juges dans le livre Un Président ne devrait pas dire ça..., François Hollande avait écrit une lettre aux Cours d'appel et TGI, au CSM et aux syndicats de magistrats, non pas pour s'excuser des mots rapportés par les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme dans leur livre – le chef de l'État ne dément pas leur exactitude – mais pour exprimer son regret de la polémique qui en était née.

Du rab sur le Lab

PlusPlus