Interrogé sur sa succession, Alain Juppé renouvelle sa confiance à Virginie Calmels malgré son soutien à Laurent Wauquiez

Publié à 13h03, le 19 septembre 2017 , Modifié à 16h27, le 19 septembre 2017

Interrogé sur sa succession, Alain Juppé renouvelle sa confiance à Virginie Calmels malgré son soutien à Laurent Wauquiez
Virginie Calmels et Alain Juppé © JEAN-PIERRE MULLER / AFP

La tentative de Guillaume Peltier à l'envers opérée par Virginie Calmels – à savoir partir du centre droit pour aller vers la droite droite – devrait être sans conséquence pour l'intéressée. Celle qui deviendra vice-présidente de Les Républicains en cas d'élection de Laurent Wauquiez à la tête du parti reste bien la favorite d'Alain Juppé, qui lui avait mis le pied à l'étrier.

Ce mardi 19 septembre, le maire de Bordeaux a publiquement renouvelé sa confiance envers Virginie Calmels, au cours de sa conférence de presse de rentrée organisée à l'hôtel de ville. Interrogée sur sa succession à Bordeaux, l'ancien finaliste de la primaire de droite en 2016 a dit, selon plusieurs journalistes présents :

"

Je renouvelle ma confiance à Virginie Calmels comme première adjointe.

"

La précision méritait sans doute d'être apportée en public. Début septembre, Le Canard enchaîné avait rapporté les propos de l'ancien Premier ministre qui, selon l'hebdomadaire, aurait fait part de sa "grosse déception" après le soutien apporté par Virginie Calmels à Laurent Wauquiez. Une information démentie par Alain Juppé lui-même. "Déjeuner amical avec Virginie Calmels qui fait, en confiance, à mes côtés un excellent travail à Bordeaux, loin des saloperies médiatiques", avait tweeté l'ancien Premier ministre.

Virginie Calmels y était même allée de son petit selfie. "N'en déplaise aux émetteurs de ragots minables qui ne parviendront pas à altérer mon engagement politique local et national. #StopFakeNews", avait-elle posté sur les internets.

Mais ce n'est pas encore fait pour l'actuelle première adjointe de Bordeaux. Lors de la conférence de presse d'Alain Juppé, un journaliste a ressorti une déclaration de Virginie Calmels au JDD, le 2 septembre dernier. "Le seul qui puisse succéder à Alain Juppé, c'est Alain Juppé lui-même", avait-elle confié. Réponse d'Alain Juppé ce mardi à cette remarque :  

"

C’est une hypothèse.

"

[Edit 16h27] Ajout déclaration Juppé

[BONUS TRACK] Les emplois aidés c'est très très bien

Comme de nombreuses personnalités de droite, Alain Juppé est profondément choqué par la diminution des emplois aidés décidée par le gouvernement Philippe. Ce mardi, il a critiqué cette diminution.

Seul petit problème : comme de nombreuses personnalités de droite, Alain Juppé a oublié qu'il n'y a pas si longtemps, il fustigeait ces mêmes-emplois aidés. Sur son site de campagne pour la primaire de la droite, on peut ainsi lire : "Depuis des années, nos politiques de lutte contre le chômage reposent sur deux postulats erronés : il faut partager le travail ; l’État doit subventionner toujours plus d’emplois aidés. Ça ne marche pas !"

screenshot.459

 

Et cela ne date pas d'hier. En décembre 2014, comme l'avait relayé le journaliste Christophe Barbier, Alain Juppé avait déclaré ceci au rendez-vous Les États de la France :

"

Les emplois aidés, dits d'avenir, n'ont d'avenir que le nom.

 

"

Alain Juppé a donc changé d'avis. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus